/misc
Navigation
Zone libre

La méchante Pauline

La méchante Pauline
Illustration CHRISTINE LEMUS

Coup d'oeil sur cet article

J’ai eu le temps de redescendre des rideaux auxquels j’étais accrochée depuis deux semaines. Après quelques jours, je me suis même dit: je n’en parlerai pas. Je vais rentrer chez moi, me rappeler que je viens de passer un bon moment et étouffer l’affaire.

J’ai eu le temps de redescendre des rideaux auxquels j’étais accrochée depuis deux semaines. Après quelques jours, je me suis même dit: je n’en parlerai pas. Je vais rentrer chez moi, me rappeler que je viens de passer un bon moment et étouffer l’affaire.

Jusqu’à ce que je croise mon ami Bellefeuille, dans une loge l’autre soir. Qui lance tout bonnement: « Coudons, y’as-tu juste moi qui a été marqué par ce qui s’est passé au show de Bill Burr?»

J’ai bondi.

Ça m’a réveillée.

J’ai eu envie de monter sur une chaise et de réciter la fin de Speak White, telle une Michelle Lalonde sur l’acide. «WE ARE NOT ALONE!!!». (Ok, je redescends de ma chaise).

C’est vrai, mon ami, que ça n’a pas de bons sens.

Bon, avant que vous ne tourniez la page pour vous rendre à votre horoscope parce que vous ne comprenez pas de quoi je parle, voici les faits.

Le show de Bill Burr

L’humoriste américain Bill Burr était de passage au Metropolis. Au milieu du spectacle, il s'est adressé aux spectateurs en parlant de son amour de la ville, de son affection pour Montréal, en mentionnant au passage: «…your french language…»

Une partie de la salle, anglophone, n'a pas aimé et s'est mise à huer, spontanément.

Et là, au bar, un homme s'est mis à crier, «Fuck Pauline!».

Over and over again.

Je ne sais pas si c’est les deux bières que j’avais dans le corps ou si c’est mon côté séparatiste, francophone ou féministe, mais j’avais envie de lui sauter à la gorge. Je me suis retenue, surtout par peur d’effrayer la personne qui m’accompagnait.

Donc, nous en sommes encore là, en 2014.

Les deux solitudes, comme disait l’autre.

Je ne blâmerai pas le PQ d’alimenter ce foutu malaise entre les anglophones et les francophones de Montréal.

Je ne montrerai pas Pauline du doigt en l’accusant de créer de l’animosité, comme si elle n’existait pas avant son arrivée.

Je n’accuserai pas non plus les Anglos d’être responsables de ce manque de communication entre nous.

Je les affectionne beaucoup d’ailleurs, ayant des proches anglos (unilingue, en plus!), qui font partie des gens les plus importants de ma vie.

J’aime la diversité de ma ville et, en bonne Québécoise que je suis, j’aime l’harmonie et la bonne entente.

Mais être assise dans une salle de spectacles, dans ma ville que j’aime tant et d’entendre qu’on hue ma langue et la première ministre qui, un an et demi auparavant, sur cette même scène, a failli y laisser sa peau

et bien…

Ça m’a découragé.

Réactions de dominants

Nous en sommes encore là. On pense que les temps changent et on se retrouve envahi de ce sentiment, d’être une minorité indésirable, en un centième de seconde.

En fait, ce qui me fascine avec les Anglos qui se sentent menacés par la méchante PAULINE ou l’abominable PQ ou l’effroyable loi 101, c’est que leur réaction est très similaire aux hommes qui se sentent menacés par le mouvement féministe.

On se calme messieurs, les hommes dominent le monde et le domineront encore longtemps.

Alors, calmez-vous, Anglos urbains frustrés de ne pas vivre dans une ville unilingue. Promis, la langue anglaise domine non seulement le pays, le continent, mais le monde entier. You, guys will be fine...

Se taire...

Mon ami Bellefeuille me faisait remarquer: «On était quoi? 40 % de francophones dans la salle du Metropolis?»

Oui. Et en bons Québécois francophones qui-aiment-pas-la-chicane que nous sommes, on s’est tus.

Mais ce n’est pas en gardant le silence qu’on changera les choses.

Chacun ses torts, I guess.

Commentaires