/opinion/blogs
Navigation

Une carte de crédit, avec ça? Il est temps de mettre fin aux "no-show"

Coup d'oeil sur cet article

L'automne dernier, j'avais publié un billet qui avait eu beaucoup d'échos dans les médias sociaux, sur le fléau des "no-show", les gens qui réservent au restaurant et ne se montrent pas le bout du nez, quand l'heure du repas a sonné.

Mettons que si le billet a réjoui bien des gens qui l'ont lu, il est clair qu'il faudrait plus que ça pour que la tendance se résorbe. Ces jours-ci, on a pu lire d'autres exemples assez déprimants de ce manque de savoir-vivre élémentaire.  Sur Eater Montréal, on donnait l'exemple du Tapeo, qui s'est tapé... 28 no-show en une soirée, samedi dernier. Dont une table de 18. Imaginez le trou dans la soirée du resto, rien qu'un peu... Surtout que le restaurateur, affichant complet selon ses réservations, a refusé des dizaines de personnes intéressées...

Le pire? C'est que ce cas-là n'est pas le pire. Un chef de La Salle à Manger confiait, sur un fil Facebook présentant l'article, qu'il avait eu 31 no show, le même soir.

Quand j'avais publié mon billet, un restaurateur de Québec m'avait écrit un véritable cri du coeur, citant en exemple un soir où, après avoir répondu non à des dizaines d'appels de gens intéressés, il s'était retrouvé avec une demi-salle, le soir venu, à cause d'une belle collection de ces mal-élevés qui pensent que les restos sont leur propriété, et non le gagne-pain de gens qui triment dur pour faire fonctionner leur entreprise.

Quand on est à ce point-là, quand des gens qui ont confirmé leur venue à 16h ne se pointent pas à 19h, il est temps de prendre des mesures, disons, encourageantes. Personnellement, il me semble tout à fait correct de rendre la prise d'un numéro de carte de crédit obligatoire pour confirmer une réservation. Et de faire payer aux absents pour le tort causé, quand ils ne prennent pas la peine d'avertir. Un coup de fil, ou une annulation sur Open Table ou Bookenda, ça prend à peu près trente secondes. Come on!

Et vous, qu'en pensez-vous? Je fais un petit sondage, ci-dessous. Donnez votre opinion. Même si ce n'est pas scientifique, j'aimerais bien prendre la température de l'eau - ou du consommé, pour faire plus gastronomique.

 

 

24 commentaire(s)

Ginette Lamontagne dit :
18 mars 2014 à 18 h 40 min

Je ne donnerai pas mon numéro de carte de crédit pour une réservation de restaurant. Dommage pour ces restaurateurs, mais lorsque tu es en affaires il faut prendre des risques. Ici comme ailleurs, les imbéciles ne manquent pas. Que voulez-vous, on changera pas les québécois, tous des crétins sauf un ou deux puis ils se pensent drôles en plus. Vive les trous du cul.

Rémy Charest dit :
18 mars 2014 à 18 h 42 min

Madame Lamontagne, si vous êtes honnête et que vous avez une parole, pourquoi craindre de laisser une carte de crédit? Et ça ne vaut pas la peine non plus d'insulter tous les Québécois sur le même élan, il me semble.

Bernard Pelchat dit :
18 mars 2014 à 18 h 43 min

Suggestion: mettre une heure limite d'arrivée, en plus de prendre un numéro de carte de crédit.

albert bela dit :
18 mars 2014 à 22 h 13 min

je travaille dans un milieu où il faut prendre rendez vous et c est la même chose , il va falloir bientôt faire comme les compagnies d aviation , overbooker et prendre les premiers qui se présentent

danie dit :
19 mars 2014 à 0 h 51 min

Pourquoi ne pas simplement garantir la réservation jusqu'à 15 min tout au plus après l'heure demandée?

Rémy Charest dit :
19 mars 2014 à 6 h 28 min

Danie, c'est essentiellement ce que font les restaurants. Le problème, c'est que si les gens ne se présentent pas (surtout si la tablée est assez nombreuse), le restaurateur a souvent refusé des gens, soit lors des journées précédentes, soit le soir même. Et il est loin d'être garanti que les passants qui décident de s'arrêter spontanément puissent combler la différence.

marianne dit :
19 mars 2014 à 7 h 30 min

En ce qui me concerne je ne désir pas donner mon numéro de carte. Je me suis toujours présentée lors de réservation. Mais je comprends ce que vivent les restaurateurs.

Johanne M. dit :
19 mars 2014 à 7 h 42 min

Je crois que les restaurateurs ne devraient pas prendre des reservations pour remplir la salle mais peut-être pour la moitié ou un peu moins. Moi, je ne reserve pratiquement jamais sauf pour un groupe. La plupart du temps, je me rend au resto avec mon conjoint et ça arrive que nous nous présenttons à des restos presque vides mais qui n'ont aucune place car tout est réservé. Nous changeons de place et c'est tout. Je dois dire aussi que le système de reservation de certains restos qui nous obligent à réserver soit à17h30 ou 19h30 n'est pas l'idéal non plus. Pour les cartes de crédit, je crois que lorsque le groupe est de 6 ou plus ça pourrait être une solution mais le montant serait de combien? Ça pourrait devenir abusif.

Paul Campion dit :
19 mars 2014 à 8 h 01 min

Dépôt minimum de 30% du coût moyen d'un repas (exemple: table d'hôte à 50$ = 15$) selon la catégorie de resto par personne sur carte de crédit ..... Les gens vont se mettre à réfléchir quand vous allez commencer à toucher à leur portefeuille .... c'est la seule chose que les gens comprennent.

daniel jacques dit :
19 mars 2014 à 8 h 23 min

bonjour, je donnerais pas ma carte de crédit parce que je me présente quand je réserve je compris le problème qu'ils ont quand les ''comiques'' qui réservent se présente pas je suis ''pour'' une réservation sur carte de crédit pour les réservations de 6 personnes et plus leurs pertes seraient moindre a mon avis !!!!!

M.Robert dit :
19 mars 2014 à 9 h 11 min

Les médecins spécialistes le font et certaines cliniques généralistes. Si tu ne te présentes pas à un rendez-vous tu as des frais de 25$ à 50 $ qui s'applique, ces frais sont mentionnés à la prise de rendez-vous. Au lieu d'entendre de la belle petite musique en attente pourquoi pas un message avisant les frais chargés pour un "no show" et de plus toutes réservations devraient être confirmées par carte

Michaël Lachance dit :
19 mars 2014 à 9 h 21 min

@Remy Charest : Pour avoir travaillé des milliers d'heures en restauration en plus d'avoir été propriétaire de deux restaurants, je peux vous hautement affirmer que vos cas sont biens marginaux. De même, lorsque je prends des réservations, je note nom et numéro de téléphone. Avant le service, nous rappelons tous les clients pour confirmer les réservations. 5 minutes de retard et vlan, on passe à un autre appel (à moins bien sur d'avoir été prévenu). Cela dit, rarement je n'ai été affecté par le "no-show". Je crois que c'est plutôt marginal les no-show. C'est rare que ca arrive, surtout pour un restaurant qui a une clientèle assez fidélisée. Pour les groupes, j'ai toujours pris une carte de crédit, même en 2000...

Rémy Charest dit :
19 mars 2014 à 9 h 32 min

Michaël, tant mieux si tu n'avais pas de problème avec ça, mais ce n'est pas ce que rapportent bien des restaurateurs, tant à Québec qu'à Montréal. Les deux exemples cités - 28 et 31 abonnés absents, ce n'est pas ce que j'appellerais marginal. Pour les groupes, pas mal tout le monde semble d'accord pour laisser une carte de crédit en garantie, d'après le sondage et les commentaires.

Michaël Lachance dit :
19 mars 2014 à 9 h 33 min

@Johann : Ne pas prendre de réservation ??? Savez-vous que l'horaire des employés, les commandes, la préparation en cuisine, etc. dépend des réservations ? Je vous mets au défi de proposer cela à un chef cuisinier ! :-)

@Paul : Ce n'est pas une option valable, car, ironiquement, le client veut avoir le droit (et c'est son droit) d'annuler une réservation. La dérive d'une telle pratique serait hallucinante. De même, donner un numéro de carte de crédit, c'est ouvrir une transaction "non-complétée" sur une carte : si je réserve pour le 20e de mariage à mon père dans un chic restaurant du Vieux-Montréal, genre, 6 mois à l'avance (ce qui est le mininum), selon votre logique, vous ferez une évaluaton arbitraire de nos consommations prélèverez 20% ou 30% de ce montant ? My God. Je ne vois pas le jour où cela sera possible. Et, avec de telles mesures, c'est le chiffre d'affaires de l'entreprise qui risque de tomber...

Michaël Lachance dit :
19 mars 2014 à 9 h 38 min

@Remy : J'aimerais savoir c'est des salles d'une capacité de ? J'ai cru comprendre aussi qu'on parle de groupe au travers de vos chiffres, pas 14 tables de 2 clients ou 15 tables, c'est selon. Car, de toute ma vie, sinon 1 ou 2 réservations qui ne se pointent pas le nez (ce qui est plutôt le cas, généralement, et cela est calculé par les bons restaurateurs), c'est très rare un hécatombe de la sorte. À moins bien sur qu'on parle d'un restaurant à 300 places, mettons ?

Marco Birri dit :
19 mars 2014 à 11 h 59 min

Le gouvernement le fait, pourquoi pas les restaurants ?

Le passeport te coute 160$ que tu sois accepté ou refusé. Le restaurant fait entrer son personnel que tu te pointes ou pas. Même chose. Sans oublier qu'il y a toute la mise en place qui peut facilement finir aux vidanges si c'est pas consommé le jour même.

On parle de produits périssables ici, mesdames messieurs. On parle de gros salaires aussi, parce que ça prend un méchant paquet de monde en arrière plan.

Je suis tout à fait pour prendre la carte de crédit des clients en otage. Pour un prix maximum par personne bien affiché en cas de no-show.

Richard Côté dit :
19 mars 2014 à 12 h 30 min

Je n'ai pas de problème avec la carte de crédit en garantie...pouvoir réservé est un service du resto...ceux qui ce donnent le temps d'appeller pour réserver ont le devoir de faire pareil en cas de cancellation...ils sont fier d'avoir une réservation et par la suite ...bof...pas grave si ont changent d'idée...nous somment à l'air de l'information et avec tout les moyens de communiquer qui nous sortent par les oreilles...pas capable d'avoir le civisme de canceller... nous sommes en 2014...alors ceux qui ne veulent pas laisser leurs carte de crédit...aller ailleurs...ce ne sont surement pas les meilleurs clients de toute façon ;-)

Mr.White dit :
19 mars 2014 à 13 h 21 min

Oui, je suis d'avis qu'une saine gestion des réservations serait des plus avantageuse !!!

Bien entendu, non seulement pour les restaurateurs, mais aussi les clients qui se déplace en vain,,,à cause de ce fléau ! Je trouve aussi cela très déprimant le commentaire de Madame Lamontagne...j'aurais évité de laisser un tel commentaire sur mon BLOG !!

Enfin, moi personnellement...je crois que la meilleur solution serait tout simplement de créer un nouveau programme provincial au sujet des réservations....

Moi, je trouverais cela bien intéressant d'offrir a la société, une forme de carte-cadeaux que l'on peut se procurer partout et qui est spécialement conçue pour effectuer des réservations individuel ou de groupe.

Une carte reconnu a la grandeur de la province, par le billet de ce système. Un montant pourrait être débité lors de la réservation. Afin d'honorer le R.D.V chez le restaurateur.

Les clients qui font faux bond serait tt simplement amputé d'un montant sur cette carte. Qui serait maintenant essentiel d'avoir pour avoir accès, au droit de faire des réservations. Sous un principe juste et équitable, ont pourrait établir les montants retenues pour une réservation....en tenant compte du nombre de couvert réservé...le tout remboursé sous respect de l'entente mutuelle entre le client et le commerçant-restaurateur??

Enfin, je trouve...

Bonjour a vous.

Jean-F dit :
19 mars 2014 à 15 h 17 min

Excellent moyen de rendre la vie difficile à un compétiteur! Ça ne m'étonnerait pas.

Pas de problème pour moi, une réservation avec carte de crédit.

Manon Deslauriers dit :
19 mars 2014 à 18 h 23 min

Bonjour M Charest,

Je suis tout à fait d'accord avec la réservation et la prise du numéro de carte de crédit, si on veut réserver une chambre d'hôtel, on a pas le choix, il faut donner son numéro de carte de crédit, si tu ne vas pas chez ton chiro, masso ou physio, tu seras charger pour ton absence, tu te dois de canceller au moins 24 heures à l'avance. Alors pour le resto, c'est la même chose. Ceux qui ne voudront pas réserver sous condition de donner ton numéro de carte et bien c'est probablement ceux qui seraient le plus susceptible de faire un «no-show» à mon avis. Je n'ai jamais même pensé ne pas téléphoner ou avertir que je ne pouvais me rendre soit au resto ou à mon rendez-vous, il y a des gens très centrés sur eux-mêmes sur cette planète ... C'est votre gagne-pain, allez mettez ça de l'avant au plus vite M Charest et tous les autres restaurateurs !!!

Georges Girard dit :
20 mars 2014 à 5 h 56 min

Le respect de la parole donnée... Hum, pas fort au Québec! Personnellement, je fais payer des frais compensatoires pour un rendez-vous manqué. Les patients sont tous avisés à l'avance. Ces frais sont nécessaire pour payer, entre autre, le salaire des travailleuses qui dépendent de leur revenu pour faire vivre leurs familles. Le fait d'être en affaire comporte des risques... Hum... C'est vrai! Ça ne donne néanmoins pas le droit aux clients d'abuser de la bonne fois des travailleurs. Maintenir un service de qualité, dans toutes les discipline exige une attitude respectueuse des clients qui en bénéficient. Bien entendu, il nous arrive de perdre certains patients. Tant mieux pour nous! Ils ne nous feront plus perdre notre temps! L'idée de confirmer le RDV avec un no de carte de crédit est excellente. Ça démontre le sérieux, et le professionnalisme. Ça démontre que l'entreprise a une bonne réputation, et peux se passer de gens sans conscience! C'est bon ça. Je vais l'essayer, merci de l'idée. Les québécois vont sans doute réaliser qu'il faut être un minimum responsable, si toutes les entreprise de services le font. C'est vrai que l'irresponsabilité sociale frise de plus en plus les limites de l'intolérable!

Miguael Bergeron dit :
20 mars 2014 à 10 h 09 min

L'industrie hôtelière fonctionne déjà avec des pré-autorisations prises sur les cartes de crédit avant même l'arrivée du client et, dans la majorité des cas, une nuitée sera chargée si le client ne se présente pas. Pourquoi ? Car une réservation que l'on garde jusqu'à tard la nuit sans la donner à un autre client intéressé, c'est une perte nette de revenu. C'est exactement la même chose dans un restaurant, pourquoi ne pas l'appliquer ?

Naturellement il y aurait des ajustements à apporter chez les restaurateurs (frais fixe de 20 $ en cas de no-show ?) et cette méthode ne pourrait être appliquée partout (oublions le St-Hubert) mais elle vaut la peine d'être explorée.

Pour les grosses tables on pourrait mettre un frais plus faible mais par personne (exemple 5$ par personne). Je lance l'idée comme ça.

Michel dit :
20 mars 2014 à 10 h 32 min

Les gens qui sont contre, ne connaisse pas la réalité de la restauration. Si vous annulé ce n'est pas un no-show...Le no show c'est seulement quand vous réservé et vous présenté pas. Et c'est cela qui coute cher. j'ai un resto et a tout les soir il y a une table qui ce présente pas. si c'est une table de 20h00...on attend jusqu'à 20h15. Mais il ce peut très bien qu'il y est plus de passant a cette heures là. Et pourtant on va avoir refusé 75 ou 100 personnes dans la journée. Il devrait avoir un montant mentionner lors de la réservation. un montant significatif. 50$ par personne. Vous avez juste a téléphoner pour annuler, c'est une question de respect. Si vous voulez pas la donner, c'est que vous avez peur d'être facturer...donc non respectueux des gens de la restauration.

Danielle dit :
24 mars 2014 à 15 h 45 min

Je serais prête sans aucun problème à laisser mon # de carte pour une réservation. Je crois par contre que les restaurateurs devraient s'entendre pour dire aux gens, au moment de la réservation, qu'un retard de 30 minutes fera en sorte qu'ils donneront leur table à quelqu'un d'autre. C'est certain que ça n'élimine pas le no-show mais avec un peu de chance les restaurateurs pourraient peut-être combler quelques "absences".