/news/politics
Navigation
Si Legault devient PM

Couillard prédit l’«anarchie» si Legault devient PM

Philippe Couillard
AFP

Coup d'oeil sur cet article

François Legault provoquerait l’«anarchie» dans le système de santé s’il devait prendre le pouvoir, selon Philippe Couillard, qui dénonce son «opération de scie à la chaine» dans les effectifs de l’État.

Le chef libéral a clairement courtisé les électeurs caquistes, mercredi, lors de son passage à Québec, les invitant à se rallier au plan qu’il propose. Un plan «respectueux» contrairement à celui de son adversaire de la CAQ. Les libéraux proposent un «vrai ménage, pas l’illusion du ménage».

M. Couillard veut lui aussi réduire la bureaucratie, de façon plus modeste cependant, et a promis de réussir là où d’autres ont échoué avant lui. Il entend couper 10% des postes administratifs au ministère de la Santé, dans les Agences et les établissements de santé.

Croissance des dépenses

Le plan de M. Legault n’est «pas crédible parce qu’il s’appuie sur des cibles totalement irréalistes, notamment dans les compressions de dépenses», a-t-il fait valoir.

«Je peux vous dire de façon certaine que de réduire l’augmentation des crédits en santé à 0,9%, ça ne peut pas durer plus que deux ou trois mois. Ça va être l’anarchie totale, il va y avoir des bris de services. Un gouvernement qui ferait ça ne tiendra pas la route.»

Les libéraux veulent augmenter les dépenses en santé de 4 %, de 3,5% en éducation, tout en gelant les budgets des autres ministères.

500 postes de moins

En éducation, ils ont l’intention de couper 100 postes par année pendant cinq ans. «Tout le monde s’entend maintenant dans le réseau de l’éducation pour dire qu’on n’a plus besoin d’un aussi gros ministère et encore moins des directions régionales qui doublent le travail des commissions scolaires. On est arrivé au stade de maturité du réseau de l’éducation où ça doit être fait.»

M. Couillard a effectué son point de presse devant l’édifice Marie-Guyart (le Complexe G) à Québec, qui héberge quelques milliers de fonctionnaires de divers ministères. «Personne n’est inutile dans la vie. Je ne veux pas insulter les gens mais il y a des postes dont on peut se défaire progressivement», a-t-il plaidé.

«Il ne s’agit pas de mettre les gens dehors. Quand je parle de 100 personnes par année au ministère de l’Éducation, je suis pleinement conscient que c’est des personnes dont il s’agit, des familles également, je veux le faire dans le respect des conventions collectives mais on peut le faire et on doit le faire. Et les gens vont nous juger sur ça.»

Commentaires