/news/politics
Navigation
Lucien Bouchard

La campagne électorale actuelle est la plus dure de l’histoire, selon Bouchard

QMI__STJ4829
Photo Archives / Sébastien St-Jean / Agence QMI Lucien Bouchard.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il ne veut pas s’immiscer dans la campagne électorale, l’ancien premier ministre péquiste Lucien Bouchard a constaté que la présente élection est la plus dure jamais vue au Québec.

En marge d’une discussion tenue à la Grande Bibliothèque, M. Bouchard s’est montré très critique concernant le niveau des échanges durant la présente campagne marquée par les attaques virulentes de tous les partis.
 
«Cette fois-ci, c’est dur. (…) De mémoire d’homme, je ne vois pas de campagne plus dure pour les individus et les réputations personnelles», a-t-il estimé.
 
Selon lui, les débats sont peu marquants surtout lorsqu’on les compare avec ceux lors d’autres élections comme en 1962 où l’on parlait de nationalisation de l’hydroélectricité, ou encore de la campagne référendaire de 1995.
 
«Il y a eu de grands débats, des débats de société. En 1995, c’était très intense durant le référendum, mais on regardait plus haut. Il y avait une certaine élévation d’idées», a-t-il dit.
 
Il constate aussi qu’il est bien plus difficile d’exercer le métier de politicien en 2014.
 
«Oui c’est plus dur que c’était. On voit que le niveau des débats est très acerbe. On personnalise rapidement, on attaque les individus. Dans mon temps, c’était dur, mais il me semble que c’est plus difficile maintenant», a-t-il constaté.
 
L’État du Québec n’est pas kidnappé par les autres religions
 
Par ailleurs, M. Bouchard se désole du fait qu’on parle peu de la question de la langue française durant les élections, un sujet plus marquant pour l’identité québécoise que la charte.
 
«J’avoue que ça m’étonne. On sait que la question identitaire a été abordée durant la campagne par le truchement de la charte. Mais pour moi, la vraie question identitaire, c’est la langue. La laïcité sans doute, mais je ne trouve pas qu’on est dans une crise qui menace la laïcité.
 
L’État du Québec n’est pas kidnappé par les religions», a-t-il lancé.
 
«Je ne dis pas qu’il n’y a pas des choses à faire et qu’on ne pourrait pas les mettre dans une charte, mais la langue est davantage prioritaire», a-t-il poursuivi.
 
Selon lui, les Québécois doivent être vigilants sur cette question.
 
«On doit se préoccuper de la langue, c’est le fondement de notre culture. Il faut être très exigeant. Mais pour moi, ça passe moins par des mécanismes défensifs nouveaux que par un souci de la qualité de la langue», a-t-il considéré.
 
Par ailleurs, il croit que les Québécois doivent se tourner vers un projet plus porteur. Questionné à savoir si cela pourrait être la souveraineté du Québec, M. Bouchard n’a pas voulu commenter.
Commentaires