/opinion/blogs
Navigation

«La crédibilité du Parti québécois s'effrite», un analyste du Monde

Coup d'oeil sur cet article

Il a été très peu question de l'élection du 7 avril dans les médias européens. Une des exceptions notables est cet article («La crédibilité du Parti québécois s'effrite») publié dans l'édition de samedi du quotidien français Le Monde.

Extraits:

Une question hante le Parti québécois : comment être indépendantiste sans parler d'indépendance ? Son premier objectif reste toujours la réalisation de la « souveraineté » du Québec en quittant le Canada, mais, par crainte d'une nouvelle défaite, il refuse de fixer un calendrier précis. Il est déchiré entre son désir de gouverner la province et son ambition de fonder un pays.

9 commentaire(s)

André Dion dit :
5 avril 2014 à 14 h 53 min

Je suis pas surprit du tout car ce partie est un partie qui ne peut avancé dans son option pour la simple raison que le Québécois est pas du genre a vouloir risquer un autre référendum ,quand ils sais qu'il est perdus D'avance ???

André Dion dit :
5 avril 2014 à 15 h 00 min

Ce partie sais déjà Qu'il est perdus si ils fait un autre Référendum car le peuples veut plus rien s'avoir de cette option pour la simple raison Qu'il est perdus D'avance ,et que sa fait déjà trois fois que sa passe pas ce référendum ????

Denis Mercier dit :
5 avril 2014 à 15 h 13 min

Les articles du MBC contre le multiculturalisme sont publiés dans un journal de droite Le Figaro et un article qui se demande comment être indépendantiste sans parler d'indépendance dans un journal de centre-gauche : Le Monde.

Le multiculturalisme pour les Français moyen c'est donc quelque chose de gauche et la sécession rampante quelque chose de droite ou plus précisément d'extrême-droite. C'est Marine Le Pen en effet qui défend la séparation de la France de l'union européenne et de l'euro surtout je crois, et qui en a contre l'immigration et qui a pourrait avoir des slogans comme "La France aux Français"

Ici les Québécois deviennent mêlés avec la vitesse avec laquelle le PQ est passé de gauche à droite.

Nicole Bourget dit :
5 avril 2014 à 15 h 41 min

À chaque campagne, le PQ a sacrifié l'article un de son programme pour s'accrocher au pouvoir. Depuis quelques quarante ans, lorsqu'au gouvernement, les dirigeants du parti bafouent ses militants en adoptant une stratégie essentiellement électoraliste et arriviste, cette attitude a un coût. L'appât du gains passe avant l'option et maintenant serai-il temps de passer à la caisse ?

apouchkine dit :
5 avril 2014 à 15 h 46 min

La plupart des pays des pays qui ont obtenu leur indépendance depuis la guerre était à droite.Les pays qui étaient à gauche comme l'Algérie,Cuba, la Guiné, le Mali ont mené leurs citoyens à la catastrophe et ils en souffrent encore aujourd'hui. Sans un économie forte, l'indépendance devient un castastrophe.

Martin Mimeault dit :
5 avril 2014 à 16 h 33 min

Plus le PQ parle d'indépendance, plus ses résultats électoraux baissent. Que voulez vous qu'ils fassent d'autre que ce qu'ils font maintenant ? Je ne comprend pas les gens qui sont étonnés de cela, ou pire fâchés de cela.

S'il fallait qu'ils parlent constamment de leur article 1, ils ne prendraient jamais le pouvoir et finiraient comme Option Nationale : Sur le bancs du club école pour l'éternité.

Est-ce cela que vous voulez, souverainistes ?

Yves dit :
5 avril 2014 à 16 h 59 min

Est-ce nécessaire d'avoir l'article numéro un au PQ ? Bourassa suite a l'échec de Meech aurait pu faire l'indépendance, je pense que le OUI avait monter a 77%, même si c'est pas un article écrit dans le programme du parti libéral. Cet article est un boulet pour le PQ, ça nous prend un autre parti, nationaliste, mais pas menotter par un article dans son programme afin de se concentrer sur la gestion des affaires, et si besoin il y a pour la souveraineté, elle va se faire article ou pas.

marc dit :
5 avril 2014 à 19 h 14 min

La plupart des fédéralistes courent se cacher derrière le PLQ à chaque élection, peu importe les déficits qu'il créé après avoir pris des budgets équilibrés du PQ (une chance que c'est le PLQ le vrai parti de l'économie...) et peu importe les scandales et la corruption qui gruge le parti (36 députés actuels dans des comptés "sûrs" sont de l'ancienne gang de Charest, tout un changement à prévoir dans leur honnêteté...).

Alors le PQ n'ira jamais chercher les votes des fédéralistes en faisant semblant que la souveraineté n'est pas une priorité. Aussi bien être honnête à ce sujet, ils n'ont rien à perdre et le 9% de QS à gagner.

Marc Laroche dit :
7 avril 2014 à 13 h 21 min

@Denis Mercier

Plus précisément le FN de Philippot,Aliot et Marine LePen n'est pas le FN de Jean-Marie Le Pen. Croyez vous que le FN aurait du temps d’antenne dans une France sous actuelle occupation sioniste si ses slogans étaient aussi raciste que "La France aux Français"? Le FN est un parti patriote de droite et à cet égard il est assez près de la droite péquiste. En France la gauche n'est pas ouvrière mais sociétale. Elle est multicucu-bobo-sioniste et économiquement néo-libérale.