/news/politics
Navigation
Élection 2014

Le Journal n’influencera pas ses lecteurs

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Le Devoir et The Gazette ont annoncé leur soutien respectif au PQ et au PLQ dans leurs pages, hier, Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal restent fidèles à leur tradition en s’abstenant de prendre position pour l’une ou l’autre des formations politiques.

En milieu de semaine, le quotidien La Presse avait également affiché son penchant politique sous la plume de son éditorialiste en chef, André Pratte, en énumérant trois raisons de voter libéral lors du scrutin du 7 avril. À Québec et à Saguenay, Le Soleil et Le Quotidien – qui appartiennent comme La Presse au groupe Gesca – ont fait de même.

Pierre-Paul Noreau, éditeur adjoint et vice-président information au Soleil, a vanté les mérites du chef libéral Philippe Couillard, tandis que François SaintGelais, directeur de l’information et de l’éditorial au Quotidien, a affirmé que le PLQ était la formation «la mieux outillée pour relancer l’économie et l’emploi».

Le baromètre politique de The Gazette oscille dans la même direction. Selon le quotidien anglophone, les libéraux «méritent de gouverner». The Gazette a par ailleurs mis en garde ses lecteurs contre le Parti québécois, qui «continuerait d’exercer une politique de division, avec une charte des valeurs discriminatoire et une législation répressive de la langue».

Le Devoir soutient quant à lui le Parti québécois. L’équipe de Pauline Marois – malgré quelques ratés – est toujours la mieux placée pour «assurer la protection et la promotion de la langue française», mener à terme les projets amorcés au cours des 18 derniers mois et «gérer efficacement l’État sur le plan économique avec l’ajout des Péladeau et Prévost», y écrit-on.

LE JOURNAL S’ABSTIENT

Fidèle à sa tradition, Le Journal ne compte pas donner son appui à l’un ou l’autre des partis dans cette élection générale. «En 47 ans d’existence, jamais Le Journal de Québec ne s’est permis de dire à ses lecteurs comment voter ni pour qui voter», a souligné le rédacteur en chef du quotidien de la capitale, Sébastien Ménard.

« Ce n’est pas notre intention de le faire pour cette élection ni à l’avenir», a indiqué le vice-président Information de Sun Média Québec, Dany Doucet.

 

Commentaires