/news/currentevents
Navigation
Révocation | OPC

Le permis du thanatologue Patrick Fortin révoqué

Patrick Fortin, directeur funéraire
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin Le permis du thanatologue Patrick Fortin, qui avait reçu une amende de plus de 100 000 $ en mars dernier, a été révoqué hier par le ministre de la Santé et des services sociaux.

Coup d'oeil sur cet article

Le permis du thanatologue Patrick Fortin, qui avait reçu plusieurs amendes de la part de l’Office de la protection du consommateur, est révoqué par le ministre de la Santé et des services sociaux.

Cette décision a été prise hier, à la suite d’une recommandation de l’Office de la protection du consommateur (OPC). Il s’agit d’une première du genre dans l’histoire de l’Office, soit depuis 1988.

Bonne nouvelle

«Ce n’est jamais arrivé un cas aussi spectaculaire, avoue Réal Coallier, directeur régional du bureau de Montréal pour l’OPC. C’est une bonne nouvelle pour la protection du public.»

Du côté de la Corporation des thanatologues du Québec, cette annonce est aussi bien accueillie.

«C’est une nouvelle majeure, avoue la directrice générale Nathalie Samson. C’est dommage parce que ce thanatologue noircit l’image de tous les autres. Mais, si on veut être sérieux, il faut que des actions sérieuses soient posées.»

Vendredi après-midi, l’Office a annoncé qu’une administratrice provisoire a été nommée au Complexe funéraire de Patrick Fortin.

Enquêteure de l’OPC, Nicole Rodier assurera les suivis des dossiers des consommateurs qui avaient signé des contrats avec M. Fortin.

Elle veillera aussi à administrer les fonds en fidéicommis, et assurera la prestation des services.

Cette dernière sera par ailleurs chargée de produire un rapport au président de l’OPC, Louis Borgeat.

Patrick Fortin exploitait des salons funéraires dans l’arrondissement montréalais Anjou, à L’Assomption et à L’Épiphanie.

Amende de 100 000 $

Comme l’a rapporté le Journal, Patrick Fortin a fait l’objet de multiples amendes au cours des dernières années en raison de problèmes avec les pré-arrangements funéraires de ses clients.

En fait, M. Fortin omettait régulièrement de déposer l’argent de ses clients à temps dans un compte en fiducie, comme la loi l’impose.

En mars dernier, il avait reçu une troisième amende depuis 2006 par l’OPC, de l’ordre de 100 175 $. Son entreprise ainsi que lui-même avaient respectivement reçu une amende de 1500 $ pour chacune des 33 infractions.

En 2006, lui et son salon ont eu à payer 8250 $ après avoir été déclarés coupables une première fois de ne pas avoir déposé l’argent de ses clients en lieu sûr.

« Comme pour un enfant »

En 2009, l’OPC a de nouveau visité son salon funéraire et a ajouté 10 infractions pour un total de 21 500 $ d’amendes.

Chaque fois, la note est plus salée. «C’est un peu comme pour un enfant. Il faut parfois augmenter la punition à chaque fois jusqu’à ce qu’il comprenne», avait illustré Jean-Jacques Préaux, responsable des communications à l’OPC.

 
Sur le même sujet
Commentaires