/finance/news
Navigation
ARC

NAS perdu ou volé : quelles conséquences ?

canadian money dollars argent billets
Photo Fotolia «Sur le marché noir, un numéro vaut très peu d'argent, quelques dizaines de dollars».

Coup d'oeil sur cet article

Faut-il s'inquiéter que les numéros d'assurance sociale (NAS) de 900 contribuables aient été volés à l'Agence du revenu du Canada, par la faille informatique Heartbleed ?

«C'est LA chose à voler», a déclaré Messaoud Adba, directeur du programme de formation sur la criminalité économique de l'Université de Montréal. «C'est comme une clef qui ouvre la porte d'une maison», a-t-il imagé.

«Sur le marché noir, un numéro vaut très peu d'argent, quelques dizaines de dollars», remarque son collègue Vincent Gautrais, titulaire de la Chaire en droit de la sécurité et affaires électroniques de l'Université de Montréal.

Mais, couplé à d'autres informations personnelles comme le nom et prénom, la date de naissance, l'adresse civique, les numéros de compte en banque et de carte de crédit, le NAS prend alors de la valeur. Il permet à un imposteur d'obtenir des services financiers, de recevoir des prestations gouvernementales et ainsi de suite.

Antoine Aylwin, avocat associé chez Fasken Martineau spécialisé dans la protection des renseignements personnels, évoque des comptes en banque et des cartes de crédit émises avec un NAS volé, «cartes utilisées jusqu'à ce qu'elles soient bloquées».

Votre NAS svp

De nombreux ministères, programmes gouvernementaux et organisations sont légalement autorisés à collecter le NAS, avec une stricte confidentialité. C’est aussi le cas pour les employeurs, les agences du revenu, les programmes gouvernementaux qui versent des prestations et les institutions financières.

Or, il existe une foule d'autres situations où l'on peut demander aux individus de dévoiler leur NAS. Par exemple pour louer un logement ou un bien avec un simple formulaire papier, pour s'abonner à des services téléphoniques ou internet, et dans plusieurs autres situations. Un consommateur n'est pas obligé de fournir son NAS et peut porter plainte contre une entreprise qui lui force la main.

Le NAS s'est imposé, dans le secteur privé, comme méthode d'identification : «Beaucoup s'en servent comme numéro de compte client pour ne pas avoir à établir leur propre système de numérotation», peut-on lire sur le site web du Commissariat à la protection de la vie privée du Canada. De quoi multiplier les risques de pertes de données personnelles.

«Le problème, c'est qu'il n'y a pas beaucoup de gens qui sont conscients de la sensibilité de cette information», a souligné Messaoud Adba. Des gens jettent à la poubelle des enveloppes avec leur nom et prénom. Si quelqu'un arrive aussi à obtenir leur numéro d'assurance sociale, ils sont faits !»

Combien de vols et de pertes ?

Service Canada, qui émet les NAS, n'indique pas combien de NAS sont perdus ou volés chaque année.

Le Centre antifraude du Canada compile des statistiques générales sur le vol et la fraude d'identité, sans préciser s'il s'agit du NAS ou d'autres renseignements personnels. Pour le Centre, un «vol» est une perte de données, sans conséquence. Une «fraude» est un vol qui entraîne des dégâts. En 2013, il y a eu 3 688 victimes déclarées de vol au Canada et 19 473 victimes de fraude, pour plus de 11,078 millions $ perdus.

Sur le même sujet
Commentaires