/news/currentevents
Navigation

Deux plaintes en vue contre Labeaume

labeaume, maire, conseil municipal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les multiples déclarations du maire Labeaume dans le dossier du Concorde font planer sur sa tête les risques de deux poursuites judiciaires distinctes, dont une venant d’Eddy Savoie.

Les multiples déclarations du maire Labeaume dans le dossier du Concorde font planer sur sa tête les risques de deux poursuites judiciaires distinctes, dont une venant d’Eddy Savoie.

Une déclaration en particulier reste en travers de la gorge du propriétaire des Résidences Soleil. La semaine dernière, Régis Labeaume avait en effet dégainé ceci: «On a fouillé pour voir qui il [Savoie] était. Maintenant, on a la conviction qu’il faut se tenir le plus loin possible de ce gars-là. Alors, quoi qu’il dise, c’est crédibilité zéro. Il peut mentir autant qu’il le veut, c’est simple: on ne lui parle pas. On n’a aucune, aucune, aucune confiance en ce gars-là».

Après avoir conclu la revente du Concorde, Eddy Savoie dit désormais «penser sérieusement» à poursuivre le maire qui «ne s’est pas bien contenu dans ses déclarations».

«C’est tellement malheureux de voir que le maire se comporte ainsi. Le problème est que si on le poursuit, il va se défendre avec l’argent des contribuables», a glissé M. Savoie.

Autre poursuite

D’autre part, les possibles liens des anciens investisseurs anonymes avec un proche de la mafia – informations mises en lumière notamment par Régis Labeaume – pourraient valoir au maire de Québec une plainte pour atteinte à la réputation en vertu de l’article 4 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne.

Un «avis conservatoire» sera bientôt expédié pour permettre aux investisseurs anonymes de protéger leurs droits. Ces derniers décideront par la suite d’entamer ou non des poursuites devant la Cour supérieure, a déjà fait savoir leur avocat Stéphane Harvey. Ces investisseurs, dont les noms n’ont jamais été dévoilés, ont fini par se retirer du dossier du Concorde au profit du groupe hôtelier chapeauté par Jean-Guy Sylvain.

La Ville de Québec n’a pas voulu commenter.

Commentaires