/entertainment/music
Navigation
François Tremblay

« On ne valorise pas l’art pour enfants, au Québec » - François Tremblay

François Tremblay
Photo Le Journal de Montréal, Pierre-Paul Poulin «On fait plus de 100 spectacles par année, encore, après 18 ans. Pourquoi? Parce qu’on va voir les gens dans leur région, de Natashquan à Lebel-sur-Quévillon.» - François Tremblay, alias Arthur L’aventurier

Coup d'oeil sur cet article

Au Québec, les artistes qui se dévouent à la culture pour enfants sont-ils considérés comme des artistes à part entière? À force de se faire demander quand compte-t-il devenir un «vrai chanteur», François Tremblay, alias Arthur L’aventurier, tire un triste constat.

Au Québec, les artistes qui se dévouent à la culture pour enfants sont-ils considérés comme des artistes à part entière? À force de se faire demander quand compte-t-il devenir un «vrai chanteur», François Tremblay, alias Arthur L’aventurier, tire un triste constat.

Il y a 18 ans, François Tremblay se lançait dans le projet d’Arthur, cet aventurier devenu globe-trotter qui chante son amour pour la nature. Après avoir cogné à la porte de plusieurs producteurs, en vain, François Tremblay et son coproducteur, Louis Grégoire, décident d’amasser des fonds auprès de commanditaires et de produire le tout eux-mêmes. Des centaines de milliers de DVD vendus et des milliers de spectacles plus tard, il se fait encore refuser l’accès à «plusieurs grandes tribunes».

Difficile d’avoir une place et quelques minutes à l’antenne sur les émissions à grande écoute, «malgré toute l’originalité du projet, soutient François Tremblay. En dépit du succès d’Arthur, des salles à guichet fermé et des DVD certifiés double platine, on a de la misère à avoir de la visibilité.»

«Imaginez-vous un artiste qui voudrait commencer à faire de la chanson pour enfant aujourd’hui? C’est presque impossible», admet-il.

« Offrir les meilleures choses »

La réponse reçue s’apparente souvent au fait que les enfants n’écoutent pas ces émissions de variétés, selon lui. «Mais les parents sont la porte d’entrée pour donner à leurs enfants quelque chose de consciencieux et de qualité, estime François Tremblay. C’est pour ça qu’il faut être sur les grandes tribunes. Nos enfants, c’est un projet de société. On se doit d’offrir à nos enfants les meilleures choses, pour qu’ils puissent s’épanouir, se définir et devenir des citoyens du monde. Pour qu’ils puissent avoir une conscience et de l’information sur l’environnement. C’est aussi l’estime de soi, la confiance en soi et inculquer des valeurs importantes.»

Sur scène, Arthur L’aventurier est accompagné de trois musiciens. «On n’a pas moins de décors, pas moins d’éclairage que n’importe quel autre spectacle», soutient-il.

Et lors de son dernier DVD, il s’est rendu pendant un mois dans le parc national Serengeti, en Afrique. Aller en safari avec deux caméramans et un perchiste, était-ce vraiment nécessaire? «Absolument», répond catégoriquement l’aventurier.

«On a la responsabilité de donner la première expérience culturelle, poursuit-il. La plupart des enfants qui viennent voir mes spectacles, c’est la première fois de leur vie qu’ils entrent dans une salle de spectacle, c’est la première fois de leur vie qu’ils vont avoir un CD à eux, un DVD à eux, un produit culturel québécois à eux.»

Même chose pour l’Afrique et la découverte du peuple Massaï. «Pour conscientiser, tu ne fais pas ça avec des animaux en carton dans un studio, lance-t-il. Et je n’ai rien contre ceux qui font ça. Mais le but d’Arthur, c’est du live action dans la nature.»

François Tremblay est sans équivoque. «On ne fait pas ça “en attendant d’être populaire”, comme on nous le demande souvent, se désole-t-il. Même avec autant de DVD vendus et de spectacles présentés, il y a encore des gens qui me demandent quand est-ce que je serai un “vrai artiste”. C’est l’ironie du sort.»

Le chanteur aimerait beaucoup aller se produire en Suisse. «Il y a des pourparlers en ce moment. J’ai envoyé mes DVD à Henri Dès, qui est une mégastar là-bas. Il chante pour les enfants et il est très respecté. C’est là qu’on voit que massivement, dans le milieu artistique québécois, ce n’est pas encore assez valorisé.»

François Tremblay espère voir d’autres artistes lui emboîter le pas. «Il n’y en a plus vraiment de tournée pour enfants, souligne-t-il. Ça en prend. Il faut s’occuper de nos enfants.»

Arthur L’aventurier sera en spectacle le dimanche 27 avril au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts et il poursuivra sa route vers l’Abitibi et le Nord-du-Québec pour la première semaine de mai. Il tournera son prochain DVD au Costa Rica, en janvier 2015.

 

Commentaires