/slsj
Navigation
Coupe CanAm

Une chance de porter le coup de grâce

Les Marquis de Jonquière sont à une victoire de la finale de la Coupe CanAm

Marquis de Jonquière
Photo d’archives, Roger Gagnon Ce soir, les Marquis de Jonquière ont une occasion rêvée d’enfoncer le dernier clou dans le cercueil des Éperviers de Sorel-Tracy.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir subi une première défaite en sol sorelois, samedi soir, les hommes de Dean Lygitsakos pourront compter sur leurs partisans pour clouer les Éperviers au sol, ce soir.

Les séries éliminatoires de la LNAH forcent les équipes impliquées à adopter un rythme plus effréné, et à disputer des matchs en semaine.

«Un match le jeudi présente des difficultés logistiques supplémentaires, admet Lygitsakos. Mais j’ose croire qu’on en a l’habitude, et je pense qu’on connaît davantage ce genre de situations que notre adversaire.»

Plus tôt cette saison, les Marquis avaient dû disputer une séquence de trois matchs en quatre soirs, dont deux allers-retours à Laval. Ils avaient alors remporté trois victoires.

Il ne leur en manque maintenant qu’une seule pour aspirer aux grands honneurs, une deuxième saison consécutive. Toujours pragmatique, Dean Lygitsakos refuse de voir plus loin que le prochain match qui attend ses ouailles.

«Ça nous prend quatre victoires, il nous en manque toujours une, répète le pilote jonquiérois. À chaque fois que tu laisses ton adversaire gagner, tu amenuises tes chances de remporter la série.»

Sortir fort

Reste que l’entraîneur-chef des Marquis est satisfait de sa position actuelle. En quatre rencontres, son équipe a marqué douze buts et n’en a concédé que six.

«On a joué du gros hockey depuis le début de la série, même dans la défaite, ajoute-t-il. On doit imposer notre rythme dès le départ ce soir, et maintenir la pression.»

À mesure que les éliminatoires progressent, les blessures s’accumulent. Selon Dean Lygitsakos, plusieurs de ses guerriers n’évoluent pas au meilleur de leur forme.

«Je pourrais donner sept ou huit exemples. Prenons Francis Charette: les gens croient qu’il s’est blessé au premier match de la série contre Sorel-Tracy, mais en fait il s’est blessé avant la fin de la saison. Les pertes auraient pu être catastrophiques pour nous.»

L’entraîneur n’a pas voulu confirmer la présence du Chat pour le match de ce soir.

Oubliez les poulets

Ville-de-Saguenay a par ailleurs annoncé par communiqué, hier, un renforcement de la sécurité autour du Palais des Sports pour le match de ce soir. Des agents de sécurité pourraient procéder à des fouilles afin «qu’aucun objet pouvant être lancé n’entre à l’intérieur du Palais des Sports.»

Il est donc peu probable que le traditionnel poulet d’avant-match se retrouve sur la patinoire ce soir…

Commentaires