/opinion/blogs
Navigation

Une suggestion pour Jacques Daoust, notre nouveau ministre de l'Économie et de l’Innovation

Coup d'oeil sur cet article

Jacques Daoust

Le nouveau Premier ministre du Québec Philippe Couillard a dévoilé hier la composition de son conseil des ministres. Malheureusement, pas de ministre de l’Économie numérique comme en France. Toutefois, Jacques Daoust, ancien président d'Investissement Québec élu dans Verdun aux dernières élections provinciales, est nommé ministre de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations.

C'est certainement une bonne nouvelle pour les entrepreneurs technos puisque Investissement Québec est un participant actif à l'écosystème des jeunes pousses Internet comme en font foi ses investissements directs (notamment celui de novembre 2013 dans Beyond The Rack) ou ses participations à plus de 70 fonds d'investissement (dont le plus récent fonds de Real Ventures et dans le Fonds Anges Québec Capital).

Cependant, déjà une douche froide pour les entrepreneurs du Web. Il semble que sa première mission sera de « guider le gouvernement dans l'utilisation stratégique de nos surplus d'énergie propre afin d'attirer des investisseurs dans le développement industriel et manufacturier du Québec ».

Je suis convaincu que Jacques Daoust croit fermement que l'industrie des technologies de l'information est porteuse pour le Québec. D'ailleurs, il déclarait en février 2013 que « [nos entrepreneurs de l'industrie des technologies] sont certainement à compter parmi les visionnaires qui contribuent le plus à notre richesse et à la notoriété de notre créativité collective ». Par contre, il devra composer avec les demandes de toutes les grappes industrielles du Québec, pas seulement les nouvelles technologies.

C'est pour cela que mon souhait le plus cher serait qu'il crée un poste de sous-ministre associé, responsable spécifiquement de l'entrepreneuriat numérique. Un rôle visible, comblé par un leader entrepreneurial de l'industrie du Web, pour porter tous les dossiers des startups technologiques auprès du gouvernement québécois. Et s'il faisait cela, ce serait là une véritable innovation.