/news/currentevents
Navigation
Fondation Paul Gérin-Lajoie

Le président de la Fondation Paul Gérin-Lajoie dans l’eau chaude

Paul Gérin-Lajoie
Photo d’archives François Gérin-Lajoie (à droite, au bras de son père Paul) doit se défendre contre des allégations de ­dépenses injustifiées.

Coup d'oeil sur cet article

Ébranlé par des allégations de dépassement de frais de voyage et de dépenses injustifiées, le président de la Fondation Paul Gérin-Lajoie entend bien défendre sa réputation.

Tout a commencé par un geste illégal qu’admet avoir posé François Gérin-Lajoie, fils de Paul Gérin-Lajoie et président de la Fondation du même nom.

Le 19 mars, le président de la FPGL a fait parvenir à 94 personnes, un courriel les invitant à appuyer et soutenir financièrement Fatima Houda-Pepin, candidate défaite lors des ­dernières élections.

«C’est une faute de ma part, si j’avais su que c’était illégal, il est clair que je ne l’aurais pas fait. Je me suis même auto-dénoncé», se défend-il.

Risque d’amende

Le Directeur général des élections a été saisi du dossier. La faute est passible d’une amende de 5000 $ à 20 000 $.

L’incident rapporté dans les médias a plongé le président dans la tourmente. Le CA de la Fondation s’est réuni à trois reprises sans son président, trois membres ont démissionné, la directrice a été congédiée alors que certains questionnent les notes de voyage du fils du fondateur.

«Ces attaques sont sévères et inappropriées. Ça ne me gêne pas du tout de vous expliquer mes dépenses de voyage», ajoute M. Gérin-Lajoie.

Dépassement de budget

Le président confirme avoir dépassé du double le budget de 30 000 $ alloué aux frais de voyage pour l’année en cours.

«Cette année j’ai fait quatre (voyages), dont deux qui n’étaient pas prévus. Le 12 décembre dernier, j’ai demandé un excédent budgétaire qui a été approuvé par le conseil d’administration.», plaide-t-il.

Le problème, explique-t-il, c’est que depuis la déclaration de Paris en 2005 sur l’efficacité de l’aide au développement, la FPGL devrait revoir la fréquence de ses déplacements à l’étranger.

«Pour faire du développement, il faut aller sur le terrain. Avec un budget de fonctionnement de 6 millions $, dont 88 % sont dépensés en programmes, 30 000 $ c’est trop peu», estime-t-il.

La FPGL intervient dans divers pays en développement, par le parrainage d'écoliers et l'appui à l'alphabétisation.

M.Gérin-Lajoie affirme ne pouvoir expliquer la démission des membres de son CA.

«Je ne peux vous expliquer ce qui s’est passé puisque je n’y étais pas, ces séances du conseil se sont déroulées à huis clos», conclut-il.

 
Commentaires