/opinion/columnists
Navigation

Une nouvelle vie

Coup d'oeil sur cet article

Il y a trois semaines, une équipe composée d’une journaliste et d’un caméraman a débarqué chez Desharnais service de pneus, où Richard Côté, ex-bras droit du maire de Québec, a commencé sa nouvelle vie.

Il y a trois semaines, une équipe composée d’une journaliste et d’un caméraman a débarqué chez Desharnais service de pneus, où Richard Côté, ex-bras droit du maire de Québec, a commencé sa nouvelle vie.

M. Côté les a invités à quitter les lieux. Non pas parce qu’il voulait se montrer inhospitalier, mais lorsqu’il a choisi de quitter la politique, il a aussi fait le choix de ne plus jamais voir «sa face» dans le journal ni dans aucun média.

«Je ne veux pas avoir d’articles sur moi, je me suis donné pendant plusieurs années, mais c’est terminé maintenant», m’explique-t-il à l’autre bout du fil.

J’ai moi aussi appelé M. Côté après avoir appris qu’il avait accepté un poste de directeur des opérations dans cette entreprise. Plusieurs se demandaient ce qu’il était devenu.

L’ex-vice-président du comité exécutif de Régis Labeaume m’a permis d’écrire sur lui, pour une dernière fois afin que le message se rende à tous.

Il ne veut plus d’appels de journalistes pour commenter sa nouvelle vie, il ne veut plus commenter non plus les affaires municipales. Pas question pour lui de faire la belle-mère, il ne jouera pas à ça.

Politique qui use

«La politique, c’est dur, ça use», avait lancé Richard Côté, il y aura bientôt un an, au moment d’annoncer son retrait de la vie politique après 18 ans.

Un an plus tard, M. Côté maintient qu’il ne regrette absolument pas son passage en politique, bien au contraire. Mais c’est juste qu’il se trouve vraiment bien dans le privé et qu’il a tourné la page.

Ce virage est à ce point majeur que M. Côté doit l’admettre: il n’a pas écouté une seule fois la séance du conseil municipal depuis l’élection du 3 novembre dernier. «On décroche ou ne décroche pas», laisse-t-il tomber.

J’ai également tenté de joindre François Picard, qui était lui aussi un bras droit de M. Labeaume et qui occupait également le poste de vice-président du comité exécutif. Il a justement rendu visite à M. Côté il y a quelques semaines, lui aussi. Il était de retour d’un voyage en Asie, comme il se l’était promis.

Son ex-collègue l’a accueilli, ils étaient bien heureux de se voir. Mais ça s’est arrêté là.

Après tout, l’un des mentors de Richard Côté, Charles Paré, l’avait averti: «Il faut que tu saches que c’est dur de rentrer en politique, mais que si tu réussis, c’est dur d’en sortir.»


Carrière politique de Richard Côté

  • Conseiller de Vanier à 32 ans
  • Cinq mandats complétés
  • Vice-président du comité exécutif de 2005 à 2013
  • Départ de la vie politique en novembre 2013
Commentaires