/entertainment/tv
Navigation
France Kbek

Des Québécois au petit écran français

Lily Thibeault et Marie-Ève Perron ont créé la série France Kbek

Marie-Ève Perron campe le rôle principal, celui d'Audrey, qui ca
photos courtoisie Marie-Ève Perron campe le rôle principal, celui d’Audrey, qui cache ses origines québé­coises à son patron pour avoir une promotion.

Coup d'oeil sur cet article

Quatre comédiens québécois prendront d’assaut le petit écran français dès le 5 mai avec la nouvelle série humoristique France Kbek, portant sur le «clash» culturel entre le Québec et la France.

Quatre comédiens québécois prendront d’assaut le petit écran français dès le 5 mai avec la nouvelle série humoristique France Kbek, portant sur le «clash» culturel entre le Québec et la France.

Dans France Kbek, avec sa faute d’orthographe flagrante, les deux cultures essaient de se comprendre dans ce qui s’avère une véritable galère. Plusieurs médias outre-Atlantique la qualifient de prochaine série culte.

«Il y a deux mots pour la décrire. C’est complètement absurde et décalé», a dit la comédienne québécoise Marie-Ève Perron, depuis Paris, où elle habite depuis six ans.

Marie-Ève Perron et Lily Thibeault (Annie et ses hommes, C.A, Minuit le soir) sont derrière l’idée originale de France Kbek, qui sera diffusée sur OCS City – un «HBO» français réputé pour ses séries de fiction audacieuses – en plus d’assumer les rôles principaux. Les Québécois Alexandre Leroux et Nicolas Pinson, qui avait joué dans C’est la crise aux côtés de Martin Matte et d’Anne Roumanoff, y tiennent également la vedette.

L’idée est venue des deux jeunes comédiennes, mais la série est portée par les réalisateurs Jérémie Galan et Jonathan Cohen, qui cosignent la série avec quatre autres auteurs.

«Lily et moi avions vraiment le goût de faire quelque chose ensemble. On s’est dit que ce pourrait être intéressant de faire quelque chose sur les clichés, sur les différences entre les Français et les Québécois dans nos rapports. On a rencontré les producteurs et ils ont acheté le projet.»

Des moyens limités

L’équipe a connu un «tournage hystérique» de seulement 22 jours pour les 10 épisodes de 26 minutes. Malgré des moyens limités, les critiques sont élogieuses, le site Première qualifiant la série d’«ovni hilarant».

«C’est vraiment une série qui a été faite avec trois bouts de ficelle. On a travaillé comme des fous pour arriver à ce résultat. Alors tant mieux si les échos sont bons», s’est réjoui Marie-Ève Perron.

Résidente de Paris depuis plusieurs années, la comédienne avoue ne pas ressentir les préjugés des Français envers les Québécois et vice versa. «Je suis arrivée ici en pensant que les Français ne nous aimaient pas, qu’ils nous regardaient un peu de haut. Je me rends compte que c’est complètement l’inverse. Il y a un amour extraordinaire envers le Québec, qui est comme une terre promise pour eux. Il n’y a pas une fois que je prends l’avion et que je ne vois pas un Français qui déménage au Québec!»

Pour l’instant, aucun diffuseur québécois n’a manifesté son intérêt pour acheter la série, mais Marie-Ève Perron n’exclut pas la possibilité qu’on s’y intéresse de ce côté-ci de l’Atlantique.


France Kbek a été présenté en compétition officielle du Festival Série Mania, en Europe, qui rassemble le gratin de la télé­vision au niveau international. ­

Commentaires