/news/politics
Navigation
Éducation

Québec annule la création de huit chaires de recherche sur l'identité

Yves Bolduc
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir mis sur la glace le futur cours d'histoire au cégep, le nouveau ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, Yves Bolduc, annule la création de plusieurs chaires de recherche portant sur le thème de l'identité, a appris TVA Nouvelles.

Ces compressions permettront à l'État de récupérer quatre millions de dollars.

Le 2 mars dernier, trois jours avant le déclenchement de la campagne électorale, les ministres Pierre Duchesne et Marie Malavoy avaient convoqué les médias pour annoncer le premier appel de propositions pour la création de huit chaires de recherche sur la langue et l'histoire nationale.

Deux mois plus tard, le nouveau ministre a décidé d'annuler cet appel d'offre, rappelant que le gouvernement doit trouver presque quatre milliards de dollars pour atteindre les cibles budgétaires de l'année en cours et réaliser le déficit zéro en 2015-2016.

«Les sommes n'étaient pas encore engagées, a indiqué M. Bolduc. Les gens veulent qu'on s'occupe des vraies affaires, que le financement soit mis au profit des services aux étudiants ou qu'on le rende disponible pour d'autres thèmes qui intéresseront les Fonds de recherche du Québec.»

Il rappelle que le Parti québécois avait fait cette annonce à la veille d'une campagne électorale. «C'était pratiquement électoraliste. On préfère donc annuler tout ça et mieux utiliser l'argent», a-t-il ajouté.
Un signal inquiétant au sujet de l'identité

Pour le Parti québécois, le ministre envoie un signal inquiétant. La députée Véronique Hivon, maintenant porte-parole en matière d'Enseignement supérieur, se demande si le nouveau gouvernement va «déconstruire morceau par morceau la politique nationale accueillie favorablement par le milieu de la recherche».

Mme Hivon croit que les libéraux tournent le dos à l'identité québécoise. «Est-ce que c'est plutôt parce que ces chaires portent sur des thèmes identitaires comme la langue et l'histoire et que tous ces mots-là seront désormais bannis par le gouvernement?» a-t-elle questionné.

Pas d'autres coupes prévues

En février 2013, des chercheurs québécois avaient lancé un cri du cœur à la suite de réductions importantes de leurs budgets. Le ministre Yves Bolduc assure que ce n'est pas le début d'une série de compressions dans les Fonds de recherche du Québec.

«Je peux leur dire que je vais être un grand défenseur de la recherche. Je vous garantis qu'on va défendre les budgets», a affirmé le ministre de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur, ajoutant cependant : «pour le moment, on veut conserver les mêmes budgets, mais on ne peut pas nécessairement le promettre pour plusieurs années».

Yves Bolduc assure qu'il n'a pas non plus l'intention de revoir l'enveloppe de 3,7 milliards $ annoncée l'automne dernier par le Parti québécois dans le cadre de la Politique nationale de la recherche et de l'innovation. Seules les huit chaires sur l'identité n'avaient pas leur place, a-t-il estimé.
 

Commentaires