/entertainment/movies
Navigation
L’extraordinaire Spider-Man 2 (4/5)

De l’action bien tissée

Film de Mark Webb. Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Jamie Foxx, Shailene Woodley, Sally Field, Paul Giamatti, Dane DeHaan et Martin Sheen.

L'extraordinaire Spider-Man 2
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’extraordinaire Spider-Man 2 est honnêtement une toile très bien tissée. Les éléments du film sont au début entremêlés en désordre, mais la toile devient rapidement remarquablement tissée, grâce à la touche du réalisateur Marc Webb.

L’extraordinaire Spider-Man 2 est honnêtement une toile très bien tissée. Les éléments du film sont au début entremêlés en désordre, mais la toile devient rapidement remarquablement tissée, grâce à la touche du réalisateur Marc Webb.

La fin n’est pas concluante par contre, les scènes de grandes bagarres­­ de Spider-Man contre les trois nouveaux méchants de la franchise (Electro, Rhino et le Bouffon vert) ne sont pas aussi efficaces qu’on l’espérait.

Entre-temps, Webb a repris les rênes du film là où il les avait laissées en 2012 en relançant la franchise. Le résultat: plus énergique, moins restrictif, plus amusant, beaucoup de sarcasmes qu’on retrouve dans les bandes dessinées, du drame sombre et juste une bonne dose de folie pour garder l’univers de Spider-Man sur les rails.

Pendant deux heures, L’extraordinaire Spider-Man 2 est passionnant, parce qu’il est fracassant dans l’action et humain à travers ses personnages.

De plus, les effets spéciaux ont été améliorés de façon exponentielle. Notre héros en spandex se déplace gracieusement avec une précision jamais­­ égalée dans la trilogie de Sam Raimi.

Grâce aux nouvelles technologies, Tobey Maguire passe pour un enfant modèle dérangé en comparaison de l’élégant superhéros incarné par Andrew­­ Garfield.

Tour de force

La portion du film avec Electro (Jamie­­ Foxx) est absolument impressionnante. Notre surdoué tout à fait charmant est un ingénieur électrique qui travaille pour Oscorp. Il se sent marginalisé, apprécie beaucoup Spider-Man et a tout ce qu’il faut pour devenir un être surnaturel après avoir été grillé. Jamie Foxx arrive à relever le tour de force de bien jouer la victime et l’agresseur enragé. La méchanceté d’Electro n’est pas spontanée, elle survient d’une réaction à une longue expérience de persécution.

Or, n’oublions pas que nous nous trouvons dans l’univers de super­héros de bandes dessinées. Le sérieux fait son entrée dans l’intrigue sans toutefois prendre le dessus. Ce qui est bien parce qu’on ne s’attend pas ici à une étude sociopolitique poussée, mais plutôt à une étrange – et parfois merveilleuse – incursion dans le monde fantastique d’un superhéros­­.

 

Sur le même sujet
Commentaires