/news/currentevents
Navigation
Municipal

Le maire Tremblay salue la décision de la Cour suprême américaine

Le tribunal a confirmé le droit de réciter des prières au conseil municipal de Greece

Le maire Jean Tremblay estime que les juges canadiens pourraient être influencés par la décision de leurs homologues des États-Unis.
Photo Archives / Agence QMI Le maire Jean Tremblay estime que les juges canadiens pourraient être influencés par la décision de leurs homologues des États-Unis.

Coup d'oeil sur cet article

Au cœur d’une bataille politico-juridique au sujet de la prière au conseil municipal, le maire de Saguenay, Jean Tremblay, s’est vivement félicité de la récente décision de la Cour suprême des États-Unis.

À cinq juges contre quatre, le plus haut tribunal états-unien a confirmé, lundi, le droit de réciter des prières au conseil municipal de Greece, ville de 96 000 habitants de l’État de New York. D’après cette décision, qui fait désormais jurisprudence, «l’histoire et la tradition» des États-Unis montrent que les prières peuvent «cohabiter avec les principes de liberté de religion».

Depuis 2006, le maire Tremblay et le Mouvement laïque québécois (MLQ) croisent le fer autour de cette question. La Cour suprême du Canada a accepté d’entendre cette cause à la mi-octobre.

La foi

«Je suis très content de la décision de la Cour suprême des États-Unis, s’est exclamé le maire Tremblay. Le tribunal a parlé d’héritage et de tradition, mais j’aurais aussi parlé de foi. Ici, c’est devenu presque une faveur de pouvoir prier. Or, le chrétien est aussi important que les autres.»

M. Tremblay croit que les juges canadiens pourraient être influencés par la décision de leurs homologues des États-Unis. «Même si les juges veulent toujours conserver leur indépendance, ça reste des humains», a-t-il lâché. Pour financer la guérilla juridique devant la Cour suprême du Canada, Jean Tremblay a déjà amassé 76 000 $. La cible de sa campagne de financement est de 125 000 $.

La bataille juridique au Saguenay ne touche d’ailleurs pas uniquement la question de la prière. La présence du crucifix dans la salle du conseil sera également débattue.

Des juges canadiens plus ouverts?

Du côté du MLQ, on espère «que les juges canadiens seront plus ouverts que ceux des États-Unis», selon la présidente, Lucie Jobin.

Le MLQ enverra d’ailleurs son argumentaire détaillé aujourd’hui à la Cour suprême du Canada en prévision de la suite des procédures judiciaires. «On va y dire que les municipalités n’ont aucun pouvoir en matière religieuse», a réitéré Mme Jobin.

 
LE TEXTE DE LA PRIÈRE À SAGUENAY
«
Dieu tout-puissant, nous te remercions des nombreuses grâces que tu as accordées à Saguenay et à ses citoyens, dont la liberté, la possibilité d’épanouissement et la paix. Guide-nous dans nos délibérations à titre de membres du conseil municipal et aide-nous à bien prendre conscience de nos devoirs et responsabilités Accorde-nous la sagesse, la connaissance et la compréhension qui permettront de préserver les avantages dont jouit notre ville afin que tous puissent en profiter et que nous puissions prendre de sages décisions. Amen.»
Commentaires