/news/politics
Navigation
Avortement

Trudeau veut des candidats pro-choix

RE_2014_04_30T194718Z_1455839847_GM1EA510AHB01_RTRMADP_3_CANADA
Photo Archives / Reuters Le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau.

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Les aspirants politiciens qui s’opposent à l’avortement sur demande ne sont pas les bienvenus au sein du Parti libéral du Canada, a affirmé le chef du PLC, Justin Trudeau.

«J’ai clairement indiqué que les futurs candidats doivent entièrement comprendre que l’on s’attendra d’eux qu’ils votent pro-choix sur toutes les lois», a souligné M. Trudeau, mercredi, à la veille de la Marche nationale pour la vie qui aura lieu à Ottawa.

M. Trudeau a aussi affirmé qu’à l’exception des députés actuels, toutes les personnes qui voudront représenter la bannière libérale lors de l’élection fédérale de 2015 devront subir un test idéologique.

«Nous passons en revue une série de dossiers, a indiqué M. Trudeau. Que pensez-vous de la Charte des droits et libertés? Que pensez-vous du mariage entre gens de même sexe? Que pensez-vous des pro-choix, et où vous placez-vous dans cette situation ? Nous voulons nous assurer que les personnes qui veulent se présenter ont des idées cohérentes avec celles du Parti libéral», a expliqué Justin Trudeau.

Les propos du chef libéral pourraient créer un conflit avec son parti et la Coalition nationale pour la vie. L'organisation cherche à ce que des personnes opposées à l’avortement remportent des nominations pour les libéraux et les conservateurs en prévision de la prochaine élection.

Matthew Wojciechowski, de la Coalition, a indiqué que l’organisation a eu du succès à cet égard, mais il n’est pas prêt à révéler le nom des personnes.

«Nous avons souvent vu qu’une personne qui tente de se faire élire et qui exprime sa position pro-vie et sa croyance en la dignité de chaque être humain, de la conception jusqu’à la mort naturelle, a souvent une cible dans le dos», a raconté M. Wojciechowski.

La Coalition estime qu’il y a des douzaines de députés conservateurs contre l’avortement. Le premier ministre Stephen Harper s’est opposé à maintes reprises contre toute tentative de débattre de l’avortement aux Communes.

Commentaires