/news/currentevents
Navigation
Fausses factures

Jocelyn Dupuis: De fausses factures moralement questionnables, mais pas criminelles, dit son avocat

QMI_QMI_201311110952_001
CAPTURE D'ÉCRAN TVA NOUVELLES / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La surfacturation des comptes de dépenses de Jocelyn Dupuis était peut-être malhonnête, mais sûrement pas criminelle, croit l’avocat de l’ex-d.g. de la FTQ-Construction.

La surfacturation des allocations de dépenses de Jocelyn Dupuis était peut-être malhonnête, mais sûrement pas criminelle, croit l’avocat de l’ex-d.g. de la FTQ-Construction.

Fabriquer de fausses factures et gonfler des allocations de dépenses déjà faramineuses est moralement questionnable, a admis hier Me Jean-Daniel Debkoski de la défense. Mais pour que son client soit reconnu coupable de fraude et de fabrication de faux, il doit y avoir une intention criminelle. Or, ici, il n’y en a pas, a-t-il plaidé.

«Est-ce que ça manque d’élégance, de tact et de transparence? a demandé l’avocat. Oui, mais à l’époque, c’était comme ça.»

Dupuis, 60 ans, admet en effet avoir gonflé ses allocations de dépenses, qui avaient atteint 225 000 $ en 2008. Il pouvait réclamer plus de 1000 $ pour un repas de 80 $, ou encore se faire rembourser plusieurs centaines de kilomètres pour de courts trajets à Montréal.

Mais il prétend que tout l’argent était redistribué aux membres, lorsqu’il payait de sa poche des activités syndicales. Et les membres de l’exécutif de la centrale syndicale étaient au courant de son manège et n’y voyaient aucun problème, selon le témoignage de deux d’entre eux lors du procès au palais de justice de Montréal.

«Ridicule»

La Couronne n’a pas manqué de tourner au ridicule la théorie de la défense, hier.

«Absurde», «illogique», «risible» et «insensé» font partie des mots utilisés par Me Jacques Dagenais.

«Il dit que c’était pour aider les travailleurs, mais, au lieu de demander de l’argent à la comptabilité, il allait au guichet, et prenait la peine de faire de faux reçus», a souligné le procureur.

Et l’argument voulant que tout l’exécutif était au courant des manœuvres de Dupuis ne tient pas la route, croit Me Dagenais.

«Une défense comme ça, c’est insultant pour la FTQ-Construction, c’est traiter ses membres comme des nonos, des imbéciles, a-t-il dit. Tout le monde savait qu’il avait de gros comptes de dépenses, mais ça a pris une longue enquête pour découvrir que c’était frauduleux.»

Le juge Denis Lavergne rendra son verdict en septembre.

 

Commentaires