/lifestyle/health
Navigation
Santé

Les cadres à bout de souffle

« Les troubles professionnels 
reliés à la lassitude de l’emploi, 
à l’absence d’avancement et 
à la surcharge de travail sont les problèmes les plus fréquents au travail (71,6 %), et ce, peu importe l’âge, le sexe ou la fonction.  »
photo courtoisie « Les troubles professionnels reliés à la lassitude de l’emploi, à l’absence d’avancement et à la surcharge de travail sont les problèmes les plus fréquents au travail (71,6 %), et ce, peu importe l’âge, le sexe ou la fonction. »

Coup d'oeil sur cet article

Avec des confrères, nous avons déjà fait une enquête d’opinions auprès de 1 000 cadres des cinq secteurs suivants: employés du gouvernement et de l’industrie privée, personnel hospitalier, infirmiers(ères) et médecins.

Avec des confrères, nous avons déjà fait une enquête d’opinions auprès de 1 000 cadres des cinq secteurs suivants: employés du gouvernement et de l’industrie privée, personnel hospitalier, infirmiers(ères) et médecins.

Les résultats démontrent que, dans cette catégorie de travailleurs, les troubles professionnels reliés à la lassitude de l’emploi, à l’absence d’avancement et à la surcharge de travail sont les problèmes les plus fréquents au travail (71,6 %) et ce, peu importe l’âge, le sexe ou la fonction.

Parmi les problèmes les moins fréquents, on retrouve les troubles psychologiques (11,2 %) comme la dépression, le burn-out, l’alcoolisme et les toxicomanies et les troubles conjugaux (7,8 %).

Motivation

Nous avons demandé aux sujets enquêtés quels sont les facteurs qui leur permettaient de garder leur motivation à l’ouvrage.

Les résultats sont assez étonnants.

En effet, pour 38,6 % des cadres, c’est l’augmentation des intérêts personnels (sport, hobbies, bénévolat) qui arrive en première place. Bref, ce sont des activités en dehors du travail qui permettent fort probablement de diminuer la pression et de garder sa motivation au travail. Par ordre décroissant, nous retrouvons par la suite l’expérience (19 %), le mentorat (12,6 %), l’influence sur les autres (12,1 %) et la croissance de l’amitié (11,7 %), tous des facteurs psychologiques.

Selon les sujets de l’enquête, les éléments les plus importants pour échapper aux problèmes de santé mentale au travail sont: d’avoir une attitude positive (55,2 %), une vie familiale et sociale satisfaisante (18,9 %), de pratiquer l’humour (11,4 %), de bien gérer son temps (9,3 %), de faire de l’exercice (2,6 %) et de participer à des activités relaxantes (2,6 %).

Encore ici, l’attitude positive est de loin l’élément le plus important alors qu’étonnamment l’exercice physique et les activités relaxantes arrivent au dernier rang dans cette population de cadres.

Problèmes individuels

Les résultats de cette enquête montrent qu’en plus du travail, la famille et la société connaissent aussi des transformations qui créent des troubles psychologiques au travail chez plusieurs personnes. Les gens apportent les problèmes du bureau à la maison, mais aussi les problèmes de la maison au bureau.

Il y a aussi les problèmes reliés à chaque individu. Une personne peut souffrir d’une maladie physique, développer des troubles émotionnels secondaires, et être inefficace au travail en fin de compte; c’est le physique qui joue sur le mental. Une autre personne peut avoir une personnalité très anxieuse et développer de l’hypertension ou un ulcère d’estomac; ici, c’est le mental qui influence le physique, et qui a aussi des répercussions au niveau du travail.

L’âge est un autre facteur. Les résultats d’une étude montrent que les cadres de 41 à 50 ans vivent plus de stress que ceux de 51 à 60 ans probablement parce qu’ils se sentent davantage menacés financièrement et socialement par une perte d’emploi que les cadres plus âgés et davantage proches de la retraite.

Comme on peut le constater, le travail n’est pas la cause de tous les problèmes psychologiques des travailleurs.

Néanmoins, les plus hauts taux de risques pour la santé ont été trouvés chez les travailleurs insatisfaits et les plus bas chez les travailleurs satisfaits. En conséquence, les organisations en bonne santé financière et qui s’occupent bien de leur personnel sont probablement celles qui ont du succès pour maintenir une force de travail caractérisée par une bonne santé physique et mentale.

 

Commentaires