/sports/hockey/canadiens
Navigation
CANADIEN

Parole de Michel Therrien, le Canadien n’a pas dit son dernier mot

QMI__D447155
Photo Martin Chevalier / Le Journal de Montréal Michel Therrien réagit face à une punition décernée au cours du match de lundi.

Coup d'oeil sur cet article

Bien que son équipe se trouve dans une position précaire, Michel Therrien garde la foi. Il soutient qu’il a sous la main un groupe d’hommes capables de relever le défi qui se dresse devant lui.

Bien que son équipe se trouve dans une position précaire, Michel Therrien garde la foi. Il soutient qu’il a sous la main un groupe d’hommes capables de relever le défi qui se dresse devant lui.

L’entraîneur du Canadien n’a pas tout à fait tort. À quelques occasions depuis le mois d’octobre, le Canadien a déjoué les pronostics.

À commencer par sa surprenante quatrième place dans l’Association de l’Est.

«La majorité des gens nous excluait des séries. Et ceux qui voulaient être polis nous plaçaient au huitième rang. Or, on a réussi à se classer», a rappelé Therrien au cours d’une conférence téléphonique.

Puis, l’effet de surprise s’est poursuivi en séries éliminatoires.

«On a créé une surprise en éliminant le Lightning en quatre matchs. On en a créé une encore plus grande en venant à bout des Bruins», a-t-il raconté.

«Encore une fois, rares sont ceux qui croient en nous. Mais j’ai le luxe de diriger un groupe de joueurs qui ont le sort de l’équipe à cœur. Ce groupe en est un de caractère. C’en est un qui croit en lui», a poursuivi Therrien, qui avait donné congé à ses joueurs au lendemain de la défaite de 3 à 1 subie aux mains des Rangers de New York.

Un peu de chance

La foi a beau déplacer des montagnes, sans Carey Price pour garder le fort, il est logique de penser que la tâche s’annonce ardue.

«Je l’ai dit hier [lundi], le momentum peut changer rapidement en série. La raison principale pour laquelle on a perdu le deuxième match a pour nom Henrik Lundqvist, a indiqué l’entraîneur du Canadien. Si nous jouons encore comme nous l’avons fait hier, la chance tournera et nous obtiendrons nos occasions. Vous savez, parfois il faut un peu de chance pour gagner.»

Therrien, qui a qualifié de solide la tenue de Dustin Tokarski sans confirmer sa présence devant le filet pour le troisième match, a raison d’espérer. Depuis le début des présentes séries, sept formations ont réussi à combler un retard d’au moins deux matchs. Quatre d’entre elles ont eu le meilleur dans leur série, toutes en sept rencontres.

Vanek en santé

Ceci dit, les chances que le vent tourne seraient un peu plus grandes si Thomas Vanek (et ses compagnons de trios) produisait un peu plus.

Trois des cinq buts inscrits par l’Autrichien depuis le début des séries ont été réalisés en supériorité numérique.

Chez les Rangers, on soupçonne qu’il est blessé au haut du corps. Une théorie qui se défend lorsqu’on constate que l’attaquant, optant souvent pour une passe sans que ce soit la meilleure option, n’a effectué que deux tirs au but au cours des trois derniers matchs «Il est en pleine santé, a assuré Therrien. Je préfère ne pas parler de mes joueurs de façon individuelle. Si on est en finale d’association, c’est que chacun d’eux a contribué, incluant Thomas.»

Ce qui ne l’a pas empêché de déroger à sa philosophie pour parler d’Alex Galchenyuk.

«Pour un gars qui n’avait pas joué depuis six semaines, il a très bien fait. En plus, n’oublions pas que le rythme des séries est beaucoup plus rapide que celui de la saison régulière. On va le voir devenir meilleur de match en match.»

Le Canadien tiendra un entraînement ce matin à Brossard avant de s’envoler vers New York en début d’après-midi.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.