/news/politics
Navigation
Discours d'ouverture

Philippe Couillard annonce la rigueur budgétaire

JDQ_SL20140521_21
Stevens LeBlanc / JOURNAL DE QUEBEC Philippe Couillard a profité de son discours d'ouverture de la 41e législature au Parlement.

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard a profité de son discours d'ouverture de la 41e législature au Parlement pour lancer son gouvernement sur la voie de la révision du modèle québécois et de la «rigueur budgétaire».

«Nous devons nous libérer de ce qui nous empêche de faire nos choix. […] Depuis des années, nous dépensons plus que ce que nos revenus nous le permettent», a déclaré le premier ministre libéral dans un discours-fleuve de 90 minutes à l'Assemblée nationale.

M. Couillard a confirmé que son gouvernement allait s'atteler résolument au redressement des finances publiques.

«L'élastique de l'endettement et [celui] de la fiscalité ont été tendus au maximum. Les vraies réformes ont été depuis trop longtemps repoussées. [...] Nous mettrons en place les changements nécessaires à la correction des problèmes structurels», a dit le premier ministre, rappelant par le fait même la «réingénierie» de l'État qu'avait promis Jean Charest en 2003.

Tel que promis, Philippe Couillard a annoncé la création d'une commission permanente d'évaluation des programmes du gouvernement et d'une commission d'examen de la fiscalité.

«Notre objectif est de réduire le fardeau fiscal des Québécois», a-t-il précisé sous les applaudissements des membres de son caucus de députés.

Après avoir rappelé que l'immigration était devenue une nécessité, le premier ministre a engagé son gouvernement à légiférer sur la neutralité religieuse de l'État et sur l'obligation d’offrir les services publics à visage découvert.

«La diversité n'est pas une menace, c'est une richesse. Le devoir d'une société n'est pas d'imposer le pouvoir de sa majorité», a-t-il dit sur un ton de reproche au projet de charte de la laïcité qu'avait présenté le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Commentaires