/sports/tennis
Navigation
Justice

6 ans de prison pour Duclos-Lasnier

Le joueur de tennis québécois a été reconnu coupable de leurre d’enfant en Floride

Après avoir foulé les terrains de tennis, Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier se retrouve derrière les barreaux alors qu’au sommet de son art, il figurait au 229e échelon mondial de l’ATP.
Photo d’archives, Reuters Après avoir foulé les terrains de tennis, Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier se retrouve derrière les barreaux alors qu’au sommet de son art, il figurait au 229e échelon mondial de l’ATP.

Coup d'oeil sur cet article

Le joueur de tennis québécois Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier a pris le chemin de la prison où il y passera les six prochaines années après avoir été reconnu coupable de leurre d’enfant, notamment, dans le comté de Manatee, en Floride.

Le joueur de tennis québécois Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier a pris le chemin de la prison où il y passera les six prochaines années après avoir été reconnu coupable de leurre d’enfant, notamment, dans le comté de Manatee, en Floride.

Le juge Charles E. Robert a prononcé un verdict de culpabilité pour les cinq chefs d’accusation qui pesaient contre le jeune homme de 28 ans depuis son arrestation en février 2013.

L’athlète, qui a déjà figuré au 229e échelon de l’Association de tennis professionnel, avait alors été piégé par les policiers du comté de Manatee alors qu’il croyait se rendre à un rendez-vous fixé avec une jeune fille de 13 ans.

L’adolescente en question se cherchait un entraîneur de tennis et aurait pressenti l’accusé. Duclos-Lasnier aurait échangé des messages textes à caractère sexuel avec la jeune fille et lui aurait aussi expédié des photos de son sexe.

Le milieu se désole

Même s’il faisait cavalier seul aux États-Unis depuis plusieurs années, le joueur québécois était bien connu chez Tennis Canada. «C’est toujours attristant de voir des évènements comme ça. En espérant qu’il puisse servir sa peine et se remettre dans le droit chemin», a commenté le directeur des communications, Louis-Philippe Dorais.

Pour sa part, le directeur de l’Académie de tennis Hérisset-Bordeleau, où Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier s’est entraîné, s’est dit abasourdi. «Je l’apprends de votre bouche. Il faut se consoler parce que c’est un cas parmi les joueurs qui sortent des académies de sports, alors il faut continuer de croire en cette éducation. En échapper un ici et là, c’est toujours désolant», a déploré Jack Hérisset.

Registre des délinquants sexuels

Le jeune homme était passible d’une peine d’emprisonnement de 15 ans pour avoir notamment utilisé un ordinateur pour leurrer un enfant et pour transmettre du matériel indécent à une personne d’âge mineur. Lundi, le juge Robert l’a plutôt condamné à six ans de pénitencier moins une «quarantaine» de jours déjà purgés à la prison du comté.

Au terme de sa sentence, Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier devra se soumettre à quatre ans de probation et à certaines conditions telles que de ne pas entrer en contact avec des personnes d’âge mineur.

En plus de figurer au registre des délinquants sexuels, il sera également sous surveillance électronique et ne pourra s’approcher de sa victime.

Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier a rapidement choisi de porter la cause en appel.

 
Comparaison des peines
États-Unis — Canada
Aux États-Unis
(Pierre-Ludovic Duclos-Lasnier)
5
chefs d’accusation, dont leurre d’enfant
6 ans
de prison et 4 ans de probation par la suite
Inscription au registre des délinquants sexuels
Aux Canada
(Claude Francœur, ex-président de Moisson Québec)
16
chefs d’accusation et 7500 séances de clavardage
18 mois
d’emprisonnement
Commentaires