/lifestyle/food
Navigation
Zone MTL

Cinq petits restos sympathiques

Cinq petits restos sympathiques

Coup d'oeil sur cet article

Cinq petits restos
sympathiques
olivier robichaud
Ils ne sont pas toujours beaux, ils ne sont pas extravagants. Mais il y a quelque chose de chaleureux qui y attire une clientèle d’habitués et d’initiés jour après jour, année après année. Dans chaque quartier de Montréal, de petits restaurants parviennent à se tailler une place dans le cœur des gens du coin avec de la bonne bouffe à bon prix. En voici cinq qui valent le détour.
Les Délices de l’île Maurice
Les Délices de l’île Maurice a dû passer une rude épreuve il y a quelques années. Le propriétaire et cuisinier, véritable vedette parmi ses clients réguliers, a pris sa retraite et vendu son commerce. Mais les nouveaux propriétaires, Jerry et Stépanie Lim, y ont donné une nouvelle vie. «On a amélioré l’intérieur, parce que certaines personnes n’aimaient pas ça et quittaient dès qu’ils rentraient. Mais le menu est le même», affirme M. Lim. Le jarret d’agneau et la pieuvre sont les plats les plus populaires. Mais gare à vous si vous choisissez l’option épicée : c’est vraiment très, très épicé.
Station de l’Église (272 rue Hickson
Malhi Sweets
On trouve beaucoup de restaurants indiens dans le quartier Parc Extension, mais nul aussi populaire que le Malhi Sweets. Un vieux néon marque l’endroit, mais les clients n’en ont point besoin : il y a déjà 18 ans que le bouche-à-oreille a fait son travail. Le restaurant offre une cuisine indienne simple et authentique. Le poulet au beurre est le meilleur vendeur, selon le propriétaire et les clients.
Station Acadie (880 rue Jarry Ouest)
Pho Lien
Côte-des-Neiges est un des quartiers les plus diversifiés de Montréal, et cette diversité se répercute dans l’offre alimentaire. Mais un des noms qui reviennent le plus parmi les résidents, toutes origines confondues, c’est Pho Lien. Selon Tan Le, fils du propriétaire, c’est la soupe tonkinoise qui fait la réputation du restaurant. «Je ne sais pas ce qui nous différencie, à part la qualité de la soupe. Le bouche-à-oreille a fait le reste», affirme-t-il.
Station Côte-des-Neiges (5703 chemin de la Côte-des-Neiges)
Café-Bistro Bobby McGee
Ce café s’attarde un peu plus à la décoration que les autres commerces de cette liste. Le propriétaire, Patrick Pilon, l’a ouvert en 2001 pour répondre aux besoins des jeunes familles et des étudiants qui s’installaient dans le secteur. Selon M. Pilon, le secteur n’avait que quelques bars – un peu louches – à cette époque. Le Café-Bistro Bobby McGee expose aussi des œuvres d’art. Jusqu’à la fin du mois de mai, on peut y voir des photos prises par des itinérants du quartier avec des caméras prêtées par l’organisme communautaire Tandem.
Station Préfontaine3213 (rue Ontario Est)
Antoine-Charles Assunçao et Maria Cabral, propriétaire et employée de la Rôtisserie Piri-Piri.
Rôtisserie Piri-Piri
Dans la communauté portugaise du Plateau-Mont-Royal, poulet rime avec Piri-Piri. L’odeur vous met l’eau à la bouche seulement en passant devant le restaurant. Et les frites! Croustillantes et assaisonnées à souhait, elles sont servies en portions très généreuses. Et que dire de Maria… En fait, il faut la rencontrer. Cette petite dame au bonheur contagieux est le cœur et l’âme du restaurant.
Station Mont-Royal (415 avenue du Mont-Royal)
Bonheur à partager
Maria Cabral est une petite vedette dans la communauté portugaise de Montréal. Au Piri-Piri, il y a certainement du bon poulet, mais c’est elle qui fait la renommée du restaurant. «Il y a des gens qui viennent ici juste pour elle. Elle est très connue ici», affirme Antoine-Charles Assunçao, propriétaire des deux restaurants Piri-Piri. Lorsqu’on entre, si Maria travaille, elle vous accueille avec des bisous. Elle vous sert de généreuses portions, parce que vous êtes «son amour». «Au Portugal, c’est souvent par la nourriture que les femmes transmettent leur amour. Alors c’est un peu ça que je fais», affirme celle qui est arrivée au Canada en 1989. Non pas que sa clientèle soit majoritairement portugaise : plus de 90% des clients sont des Québécois «de souche» selon M. Assunçao. Le bonheur que propage Maria ne se limite pas aux frontières culturelles. «Il ne faut pas trop se prendre au sérieux. La vie est trop sérieuse, moi j’aime sourire», affirme-t-elle. Maria est tellement populaire qu’elle aurait amené avec elle une partie des clients de son ancien employeur lorsqu’est venue au Piri-Piri, en 2010. On peut trouver les charmes de Maria Cabral les jours de semaine au Piri-Piri de la rue Mont-Royal, coin Saint-Denis. L’autre restaurant se trouve sur la rue Masson.
Ils ne sont pas toujours beaux, ils ne sont pas extravagants.
 
Mais il y a quelque chose de chaleureux qui y attire une clientèle d’habitués et d’initiés jour après jour, année après année. Dans chaque quartier de Montréal, de petits restaurants parviennent à se tailler une place dans le cœur des gens du coin avec de la bonne bouffe à bon prix. En voici cinq qui valent le détour.
Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.