/news/green
Navigation
Transcanada | Cacouna

Un sursis pour les bélugas de Cacouna

TransCanada suspend ses travaux

Bélugas
Photo d'archives Les activités de la pétrolière TransCanada au large de Cacouna, dans la pouponnière de bélugas, sont suspendues.

Coup d'oeil sur cet article

TransCanada suspend ses activités au large de Cacouna, pliant devant les groupes écologistes qui craignent que la pétrolière ne nuise aux bélugas.

TransCanada devra attendre avant de procéder aux forages qui doivent préparer la construction de son port pétrolier à Cacouna et du tronçon local de l’oléoduc qui doit recevoir du pétrole de l’Ouest.

Alors qu’elle prévoyait lancer l’opération dans les prochains jours, la compagnie albertaine s’est finalement engagée hier devant la Cour supérieure du Québec à déposer ses outils, tant qu’elle n’aura pas obtenu le feu vert de Québec.

C’est «une première victoire pour les bélugas», se sont réjouis les quatre groupes environnementalistes qui demandaient à la Cour de prononcer une injonction pour protéger un secteur marin considéré comme une pouponnière pour le béluga du Saint-Laurent.

Greenpeace y a d’ailleurs documenté la présence d’une dizaine de ces mammifères, cette semaine.

Fédéral ou provincial

Bien qu’ils n’aient pas obtenu l’injonction espérée, mais un engagement de l’entreprise, les écologistes ont gagné un appui de poids: le procureur général du Québec a confirmé que le projet de TransCanada est soumis aux lois environnementales provinciales, ce que rejette TransCanada.

La pétrolière estime que c’est plutôt au fédéral que revient le droit de regard sur son projet.

Elle affirme d’ailleurs respecter les règles de Pêches et Océans Canada pour protéger les mammifères marins.

«Paradoxalement, TransCanada demande un permis du Québec tout en continuant d’affirmer que Québec n’a pas autorité sur son projet. Ce dossier reviendra donc inévitablement devant les tribunaux», a prévenu Me Michel Bélanger, qui représente le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE), la Fondation David Suzuki, Nature Québec et la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP).

 

Commentaires