/news/education
Navigation
Langue | New-York

Le français en vogue dans les écoles de la Grosse Pomme

Écoles bilingues New York
Photo Marie-Joëlle Parent La Franco-Ontarienne, Annique Leman, est directrice adjointe de l'école primaire PS 58 dans le quartier Carroll Gardens de Brooklyn, à New York. L'école est devenue, en 2007, la première école publique de New York à offrir un programme bilingue anglais-français gratuit pour la communauté francophone.

Coup d'oeil sur cet article

NEW YORK | Le nombre d’écoles publiques qui offrent un programme bilingue en français et en anglais est en plein essor à New York. À tel point que les professeurs de français peinent à répondre à la demande.

NEW YORK | Le nombre d’écoles publiques qui offrent un programme bilingue en français et en anglais est en plein essor à New York. À tel point que les professeurs de français peinent à répondre à la demande.

Depuis 2007, il est possible d’être scolarisé en français et en anglais à New York.

On retrouve maintenant huit écoles primaires bilingues où l’enseignement est entièrement gratuit.

Deux autres écoles vont se joindre au lot dès septembre, faisant grimper le nombre d’élèves qui apprennent le français à 1300.

Une des écoles sera située dans le Upper West Side de Manhattan et l’autre dans le quartier Harlem. «C’est un quartier qui se gentrifie. Une francophonie très vivante s’organise là-bas», indique Fabrice Jaumont, attaché éducatif à l’ambassade de France à New York.

Bref, le français semble en vogue dans la Grosse Pomme. Selon le New York Times, le programme francophone est le troisième programme bilingue en importance après l’espagnol et le mandarin dans le réseau d’écoles publiques.

Révolution bilingue

Pourquoi cet engouement soudain pour le français? L’ambassade de France estime qu’il y a 120 000 francophones à New York, dont 22 000 enfants sont âgés de 0 à 17 ans.

À New York, on parle d’une véritable révolution bilingue. «On pourrait ouvrir 60 écoles pour répondre à la demande, il y a un réel besoin», dit Fabrice Jaumont.

Il organise en ce moment une collecte de fonds pour financer l’expansion de ce programme dans de nouvelles écoles. Leur objectif est d’amasser 2,8 millions de dollars.

Les programmes bilingues dans les écoles publiques se forment sous la pression des parents. «On retrouve sept groupes de parents à New York qui font un travail de lobbying local», explique monsieur Jaumont.

«ll y a aussi plusieurs familles américaines qui décident d’apprendre le français à leurs enfants», ajoute-t-il.

Manque de professeurs

Il existe un petit nombre d’écoles bilingues privées à New York comme le Lycée Français, mais les frais de scolarité élevés (environ 29 000$ par année) sont hors de portée pour beaucoup de jeunes familles.

«Le profil de l’expatrié a changé, la classe moyenne ne peut pas se permettre les coûts des lycées privés ou les parents gagnent trop d’argent pour bénéficier des bourses», explique monsieur Jaumont.

Il y a par contre des obstacles. Il manque de professeurs de français. «Les contraintes sont gigantesques. New York ne fait pas de cadeau. Le professeur doit avoir sa carte verte et être certifié par l’État de New York. Ce n’est pas facile de faire venir des professeurs de l’extérieur», explique M. Jaumont.

 

Commentaires