/entertainment/movies
Navigation
Le prix du jury à Dolan

Xavier Dolan repart de Cannes avec le prix du jury

Coup d'oeil sur cet article

CANNES - Xavier Dolan n'a pas gagné la Palme d'or mais il ne repartira pas de Cannes les mains vides. Le jury du 67e Festival de Cannes lui a remis le prix du jury.

CANNES | Ce n’est pas la Palme d’or que plusieurs lui prédisaient et que lui espérait, mais Xavier Dolan ne repart pas de Cannes les mains vides. Son film Mommy a remporté le prix du jury et le cinéaste a profité de ce moment magique pour demander à la jeunesse québécoise de croire en ses rêves.

Le cinéaste de 25 ans, qui était accompagné de ses acteurs Anne Dorval, Suzanne Clément et Antoine Olivier Pilon, avait les yeux dans l’eau quand il a accepté son prix. Un laurier que le cadet de la compétition partage avec le doyen, Jean-Luc Godard, et son film Adieu au langage.

«Je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n’abandonne jamais. Puisse, je l’espère, ce prix en être la preuve la plus rayonnante», a-t-il dit avant que sa voix ne brise, étranglée par l’émotion.

En fait, Dolan souhaite que cette victoire, obtenue par «un anonyme de Longueuil, un petit gars de Montmagny», donnera le goût aux jeunes Québécois d’avoir de l’ambition. Comme lui.

«Il faut rêver à tout. Sinon, on rêve à moins, on rêve plus petit et on a encore moins et un peu plus petit. Là, on a rêvé à tout et finalement on a un prix qui est formidable qu’on ramène à la maison avec une grande fierté.»

Journalistes déçus

Était-il déçu de ne pas avoir la Palme, qui a finalement été attribuée à Winter Sleep, du Turc Nuri Bilge Ceylan? Si oui, il ne l’a pas dit ouvertement.

«Je ne suis pas déçu. Je suis autrement surpris et comblé. Je veux que les gens sachent l’importance de ce prix et que c’est peut-être le début de quelque chose d’encore plus grand.»

Chose certaine, plusieurs la lui souhaitaient ardemment. Quand on a annoncé qu’il gagnait le prix du jury, on a senti un vent d’insatisfaction parmi les centaines de reporters qui assistaient à la cérémonie de clôture sur un écran géant.

Révolution technique

En conférence de presse, le jury a eu de bons mots pour Mommy, à commencer par la présidente, la cinéaste australienne Jane Campion, à qui Dolan avait précédemment rendu hommage en disant que son film La leçon de piano avait été une inspiration pour lui.

«J’aime tellement Mommy. C’est un film extraordinaire, brillant et moderne par un jeune cinéaste», a dit Mme Campion.

«Ce qui le rend intéressant, c’est la révolution technique», a ajouté le cinéaste Nicolas Winding Refn, qui siégeait aussi sur le jury.


Mommy raconte l’histoire d’une veuve qui reprend la garde de son fils adolescent ayant des troubles sévères de comportement. Il sortira en salles à l’automne à une date encore non déterminée.

 
Commentaires