/news/politics
Navigation
Politique municipale

Décès de Marcel Côté: «Il était l’incarnation du don de soi» - Michael Sabia

Coup d'oeil sur cet article

Marcel Côté, l’homme d’affaires et ex-candidat à la mairie de Montréal, est mort subitement dimanche matin lors d’une balade en vélo.

L’homme de 71 ans a été victime d’un malaise cardiaque sur la route 346, dans Lanaudière, vers 11 h 15 dans le cadre de l’événement Le Défi métropolitain, selon des proches.

Il a été transporté en ambulance au Centre hospitalier régional de Lanaudière, situé à Joliette, mais il n’a pas survécu. Il laisse dans le deuil sa conjointe. Il n’avait pas d’enfants.

Marcel Côté a été fondateur de la compagnie de conseil en gestion SECOR et il a été conseiller politique de Robert Bourassa et Brian Mulroney. Il s’est impliqué pendant plus de 30 ans dans le développement économique de la métropole, publiant de nombreux essais sur les enjeux montréalais.

«Marcel Côté était un gestionnaire, un visionnaire et un homme de cœur», a affirmé par communiqué le premier ministre Philippe Couillard qui a travaillé avec lui chez SECOR.

«Affable, passionné et créatif, il avait mille et une idées pour développer l'économie de Montréal, du Québec et du Canada. Son engagement social, culturel, politique et communautaire était remarquable», a ajouté le chef libéral.

M. Côté était membre de plusieurs conseils d’administration, dont ceux de l’Orchestre symphonique de Montréal, de la Compagnie de danse Marie Chouinard et du Festival Montréal en Lumière. Détenteur du prix Arts-Affaires 2012, il a contribué de façon significative à l’épanouissement du milieu artistique montréalais.

L'ancien premier ministre fédéral Brian Mulroney avait aussi de bons mots à l'égard de M. Côté.

«Il était un talent exceptionnel et un fin stratège. C'est quelqu'un que je connaissais très bien depuis de nombreuses années. C'était un supporter fidèle et un conseiller averti», a précisé M. Mulroney

L’économiste avait mordu la poussière aux dernières élections municipales de Montréal, terminant quatrième dans la course à la mairie. Il était le chef de la Coalition Montréal.

Sur l’invitation du maire de Montréal, Denis Coderre, Marcel Côté agissait bénévolement à titre de conseiller du président du comité exécutif de la Ville, Pierre Desrochers.

Un «grand Montréalais»

Le maire de Montréal, Denis Coderre, l’a qualifié de «grand Montréalais».

«Voir un homme de ce talent nous quitter, c’est vraiment triste, a-t-il dit en entrevue à TVA Nouvelles, en fin d’après-midi. Il était d’un grand enseignement et il laisse sa marque. C’était un visionnaire et un homme d’idées.»

Ajoutant que Marcel Côté était «une éminence grise» et «un modèle d’intégrité», il a offert ses condoléances aux proches de l’ex-candidat à la mairie de Montréal de même qu’à ses collègues du parti Coalition Montréal.

Louise Harel, avec qui M. Côté avait fait alliance dans la course électorale montréalaise, s’est dite stupéfaite par sa mort. «S'il y a quelqu'un qui était en bonne forme, c'était Marcel. Marcel Côté se déplaçait tout le temps en BIXI à Montréal, c'était un amoureux du bicycle. C'était même difficile de le suivre. C'est le plus jeune homme de 71 ans que j'ai rencontré dans ma vie», a dit Mme Harel à TVA Nouvelles.

«Le connaître c'était l'aimer. Il a des amis dans tous les milieux. Vous voyez, de toutes les formations politiques, c'était un homme généreux», a-t-elle ajouté.

Selon le président et chef de la direction de la Caisse de dépôt et placement du Québec, Michael Sabia, M. Côté était l’«incarnation même du don de soi».

«Marcel Côté cherchait toujours des façons d'améliorer la vie des gens autour de lui, d'améliorer le sort de sa communauté. Il travaillait avec une énergie sans bornes: c'était un guerrier heureux, a dit M. Sabia. Ses contributions remarquables à Montréal, au Québec et au Canada tout entier nous ont tous rendus meilleurs.»

Le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, a aussi fait l'éloge de la générosité du défunt au nom de tous les membres de Coalition Montréal.

«Marcel Côté était non seulement le chef de notre parti, il était d'abord et avant tout un homme d'une grande stature, un homme intègre, un gentleman, a affirmé Benoit Dorais. Il était également un mécène, très impliqué auprès d'organismes culturels et communautaires. Son départ soudain laisse un grand vide.»

«Son décès est une grosse perte pour Montréal, une grosse perte pour le Québec. Vraiment, vraiment», a dit Christine Mitton, qui a travaillé avec lui durant sa campagne électorale municipale et qui est restée très près de lui. «J’étais avec lui vendredi et il paraissait tellement en forme. C’est tellement surprenant.»

La Fédération des chambres de commerce du Québec a rendu hommage au caractère visionnaire de M. Côté. «Homme engagé, généreux, entrepreneur dans toutes ses réalisations, il aura toujours été animé de détermination et d'une foi inébranlable pour un avenir prospère pour tous les Québécois, a déclaré la Fédération.

Les porte-parole de Québec solidaire, Françoise David et Andrés Fontecilla, ont aussi présenté leurs condoléances aux proches de M. Côté. «C'est avec une immense tristesse que Québec solidaire a appris le décès de l'ancien candidat à la mairie de Montréal Marcel Côté des suites d'une attaque cardiaque», ont écrit Mme David et M. Fontecilla, dans un communiqué.

Condoléances sur Twitter

Sur Twitter, de nombreuses personnalités ont exprimé leur tristesse et leurs condoléances après avoir appris le décès de Marcel Côté.

«J'offre mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Marcel Côté suite à son décès», a écrit Richard Bergeron, chef de Projet Montréal.

«Sous le choc. Je viens d'apprendre le décès de mon ami Marcel Côté, un homme exceptionnel pour qui j'avais une profonde admiration. R.I.P.», a dit Alexandre Taillefer, un entrepreneur qui le connaissait bien.

«Meilleures pensées aux proches de Marcel Côté, Monréall et le Québec perdent un grand homme, un bâtisseur, généreux de son savoir et de ses idées», a écrit Véronique Fournier, ex-conseillère municipale.

«Un grand Montréalais nous quitte. Son immense contribution nous aura tous marqués et a rendu Montréal meilleure. Respect. Adieu Marcel Côté», Claude Trudel, ex-maire de Verdun.

Commentaires