/news/politics
Navigation
Politique

Hausses de taxes scolaires en vue

Le ministre de l'Éducation donne la priorité aux services éducatifs

Yves Bolduc
photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre de l'Éducation Yves Bolduc ouvre la porte à une hausse de la taxe scolaire.

À une semaine du dépôt du budget par le ministre des Finances Carlos Leitao, Québec semble avoir fait son lit en matière de financement des commissions scolaires. Les paroles prononcées mardi par le ministre Yves Bolduc, à l'Assemblée nationale, pointent vers une augmentation de la taxe scolaire dès cette année et peut-être même l'année prochaine.

«On veut limiter de façon à ce que le contribuable soit capable d'assumer les taxes scolaires (...) Nous sommes en discussion avec les commissions scolaires pour justement limiter (...) On va protéger les services aux élèves et pour ça, il faut maintenir une base budgétaire qui est acceptable. On va travailler avec les commissions scolaires pour s'assurer que la taxation soit raisonnable», a promis le ministre Bolduc à l'occasion d'un échange avec le député caquiste Jean-François Roberge.

Priorité aux services

Le maintien des services aux élèves figure en tête de la liste des priorités du ministre de l'Éducation. «Ce qui est important pour nous c'est de maintenir les services au niveau des élèves. C'est la première priorité. En même temps, il faut être capable de se payer ces services-là et, oui, limiter l'augmentation de la taxe scolaire. Mais il peut y avoir des ajustements, dont entre autres en fonction de l'inflation», a expliqué M. Bolduc.

Il s'agirait d'une deuxième augmentation consécutive de la taxe scolaire. Les commissions scolaires ont puisé 200 millions dans les goussets des contribuables l'an dernier après avoir encaissé une compression du même montant imposée par le gouvernement Marois. Ce dernier avait décidé d'éliminer sur trois ans le programme de péréquation temporaire instauré en 2007 pour éviter les hausses de taxes faramineuses sous l'impulsion de l'augmentation des valeurs foncières.

Scénario

Le maintient de cette mesure fait partie des scénarios examinés par le gouvernement Couillard, a appris le Journal. Le projet de loi 25 adopté en juin 2013 permet au gouvernement des poursuivre l'élimination du programme de péréquation ce qui donnerait aux commissions scolaires la marge de manoeuvre pour augmenter les taxes. Ces compressions supplémentaires de 150 millions sur deux ans ont déjà été votées avec l'appui des libéraux sous le gouvernement précédent.

Le remboursement de 100 millions aux contribuables sur deux ans ordonné par le gouvernement Marois semble voué à la filière 13.

Hausses de taxes scolaires
Les 69 commissions scolaires ont augmenté les taxes de 200 millions après avoir subi une compression du même montant l'an dernier
Le gouvernement Marois a ordonné à 55 commissions scolaires de rembourser 100 millions aux contribuables
Le gouvernement Couillard pourrait maintenir les compression supplémentaire de 150 millions sur deux ans imposées par le gouvernement Marois
Cette mesure ouvre la porte à d'autres augmentations de taxes dans 26 commissions scolaires
La taxe scolaire génère 1,4 milliard par année
Les commissions scolaires disposent de surplus en argent de 215 millions
Commentaires