/news/politics
Navigation
Neutralité religieuse

Le projet de loi reporté à l’automne

FASHION-DUBAI-ABAYA
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard reporte à l’automne le dépôt de son projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État.

Attendu avant l’été, le texte législatif balisant les accommodements religieux n’est pas prêt. «On va prendre le temps de bien faire les choses», précise au Journal Jolyanne Pronovost, l’attachée de presse de la ministre de la Justice.

À peine commencée, la fin de la session parlementaire arrive déjà à grands pas. Les députés ne siègent que jusqu’à la mi-juin. Avec les projets de loi sur l’inspecteur général de Montréal et les soins de fin de vie, l’horaire est déjà bien chargé, ajoute Mme Pronovost.

Dans son discours inaugural, le premier ministre Philippe Couillard a réitéré son engagement de légiférer pour affirmer la neutralité religieuse de l’État et s’assurer que les services publics soient donnés et reçus à visage découvert.

Pas question, toutefois, que son projet de loi contrevienne aux chartes des droits et libertés canadienne et québécoise et, surtout, pas question d’interdire à qui que ce soit de porter des signes religieux apparents. «Le respect de nos droits fondamentaux, de notre patrimoine et l’égalité entre les femmes et les hommes seront les principes de base», a-t-il fait valoir, à l’ouverture des travaux de l’Assemblée nationale.

Pas d’avis juridiques

S’il a talonné le péquiste Bernard Drainville pour qu’il fasse preuve de transparence et divulgue les assises juridiques de sa défunte charte des valeurs, Philippe Couillard a déjà fait savoir qu’il n’était pas soumis aux mêmes exigences.

«Il y a une grosse différence: notre projet de loi ne visera pas à instaurer la discrimination à l’emploi au Québec et, en ce sens, il sera respectueux des chartes des droits, il y a une différence notable au point de départ», avait confié au Journal le premier ministre il y a quelques semaines.

Commentaires