/world
Navigation
Enlèvements au Cameroun

La sœur Gilberte Bussière est en bonne santé, selon la Congrégation de Notre-Dame

AFP_Par7846458
Photo AFP Soeur Gilberte Bussière.

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame se sont réjouies de la libération de Gilberte Bussière et des deux prêtres italiens enlevés au Cameroun au début d’avril, à l’annonce de la nouvelle, dimanche matin.

«Selon les informations dont nous disposons en ce moment, sœur Gilberte est en bonne santé, ont indiqué les Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, par voie de communiqué. Elle a été emmenée à Yaoundé où elle sera accueillie par sœur Thelma Reanud, leader de la région Notre-Dame-des-Apôtres (Cameroun) de la Congrégation de Notre-Dame.»

Libération

La religieuse québécoise et les deux prêtres italiens Giampaolo Marta et Gianantonio Allegri «ont été libérés cette nuit autour de 2 h. Nos militaires les ont récupérés dans un village près d'Amchidé localité camerounaise située à la frontière du Nigeria, pays où ils étaient retenus», a indiqué une source sécuritaire camerounaise à l’AFP.

«La libération des deux prêtres missionnaires et de la religieuse canadienne Gilberte Bussière, qui avaient été enlevés au Cameroun au début du mois d’avril est une nouvelle qui nous remplit de joie», a dit sur Radio Vatican le porte-parole du Vatica, Federico Lombardi qui affirme que le pape a été informé sans délai.

Échangés contre des prisonniers

Selon une source militaire de l’AFP ayant demandé à garder l'anonymat, la libération s'est faite dans des circonstances dangereuses et «des prisonniers et de l'argent» ont été remis aux ravisseurs en échange des religieux. «Nous avons procédé à l'échange cette nuit vers Limani, une localité nigériane proche de la frontière avec le Cameroun, a-t-elle dit. Ça n'a pas été facile. Les ravisseurs ont changé de lieu de rendez-vous à plusieurs reprises», a ajouté cette source, affirmant avoir «essuyé des tirs de l'armée nigériane».

Le militaire camerounais a expliqué qu’une fois arrivés chez les ravisseurs, ses camarades et lui ont été impressionnés par leur nombre et la qualité de leur armement. «J'avoue que leurs armes sont plus sophistiquées que les nôtres», a-t-il dit.

Les enlèvements n'ont pas été revendiqués, mais les forces de sécurité camerounaises les ont rapidement attribués aux islamistes armés nigérians de Boko Haram.

Les trois religieux avaient été enlevés par des hommes armés le 4 avril dernier, alors qu’ils œuvraient à une vingtaine de kilomètres de Maroua, dans la paroisse de Tchère, un secteur est situé à environ 800 kilomètres de Yaoundé, la capitale du Cameroun.

Au Cameroun depuis 1979

Née en 1939 à Asbestos, en Estrie, Sœur Gilberte Bussière fait partie de la Congrégation de Notre-Dame et est au Cameroun depuis 1979.

La Congrégation Notre-Dame oeuvre au Cameroun depuis maintenant 40 ans. C'est la première fois qu'une de leurs soeurs se faisait enlever.

Avant de quitter pour le Cameroun, Soeur Gilberte Bussière a enseigné à Lac-Mégantic ainsi qu'à Arthabaska entre 1959 et 1979.

Commentaires