/news/health
Navigation
Autisme

L’enfant à naître est vulnérable à l’humeur de sa mère, selon une étude

Bloc situation enceinte
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le stress maternel prénatal pourrait avoir un lien avec des symptômes d’asthme et d’autisme chez les enfants, selon une étude appelée Projet Verglas de l’Université McGill.

Lors de la tempête de verglas qui est survenue au Québec en janvier 1998, des chercheurs ont suivi 150 familles dont la mère était enceinte dans le but de comprendre l’effet du stress maternel sur le développement de l’enfant. Ils ont évalué les niveaux de difficultés objectives des mères (notamment de nombreux jours sans électricité) et les niveaux d’anxiété subjective qu’elles ont subie. Ils ont aussi suivi le développement des enfants.

Selon leurs résultats publiés dans le magazine Psychiatry Research, plus les difficultés objectives dues à la tempête de verglas des mères étaient importantes, plus forte était leur anxiété cinq mois plus tard et plus sévères étaient les traits autistiques de leurs enfants à l’âge de 6 ans et demi.

Les chercheurs précisent toutefois que les enfants ne sont pas autistes, mais présentent des symptômes, comme des difficultés à se faire des amis, de la maladresse et une manière étrange de parler. Les auteurs indiquent que les participants à leur étude sont pour la plupart issus de familles de la classe supérieure et «réussissent très bien à l’école et dans la vie».

L’équipe a aussi trouvé que les filles dont les mères avaient de hauts niveaux d’anxiété suivant la tempête de verglas étaient plus enclines à avoir des épisodes de respiration sifflante, d’avoir un diagnostic d’asthme et d’avoir pris des médicaments pour cette maladie avant d’avoir 12 ans.

«Si le stress de la tempête de verglas a pu avoir autant d'effets sur ces enfants, quelles proportions pourraient prendre les effets d'un événement encore plus stressant vécu pendant la grossesse ou dans les familles défavorisées qui ont peu de ressources? a dit l’auteure principale Suzanne King. Notre recherche nous montre à quel point l'enfant à naître est vulnérable à l'humeur de sa mère et à l'environnement dans lequel elle vit.»

Commentaires