/news/health
Navigation
Santé

Les enfants de parents bipolaires plus à risque

QMI_1110271401-007
Photo archives / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une nouvelle étude menée par des scientifiques à l’Université Concordia indique que les enfants de parents bipolaires sont plus susceptibles de souffrir de troubles psychosociaux, en particulier de comportements sexuels à risques.

Pour l’étude, les chercheurs ont suivi des enfants de parents bipolaires et d’autres, issus de familles sans problème d’ordre psychologique. Les participants étaient suivis de 4 à 12 ans jusqu’au début de l’âge adulte.

Les comportements suicidaires, les actes autodestructeurs, le tabagisme, la délinquance et les comportements criminels et les comportements sexuels à risques (comme les relations sexuelles sans protection, celles avant l’âge de 16 ans et l’avortement) sont les facteurs évalués par les scientifiques.

Les universitaires suggèrent aux professionnels de la santé de prendre en considération non seulement le patient qui consulte pour ses troubles bipolaires, mais l’ensemble de la famille, et de leur enseigner les mécanismes d’adaptation dont ils ont besoin pour composer avec la maladie, précisent les auteurs de l’étude, dans un communiqué.

Professeur de psychologie à l’Université Concordia, Mark Ellenbogen travaille d’ailleurs à la mise sur pied du premier programme pilote de prévention destiné aux enfants de parents bipolaires qui sera offert à l’été aux résidents de la région de Montréal. Une démarche de groupe sera aussi destinée aux parents.

«Ces parents ont besoin d’aide additionnelle pour organiser la vie familiale et éduquer les enfants, ainsi que pour composer avec leur conjoint, les problèmes quotidiens et le stress, a indiqué le professeur Ellenbogen. L’objectif ultime est de diminuer le niveau de stress dans la famille ce qui, selon nous, aura pour effet d’atténuer les répercussions négatives chez les enfants.»

Commentaires