/slsj
Navigation
Investissement Québec

Jean Tremblay furieux contre Investissement Québec

Il blâme l’organisme pour l’échec du projet FerroAtlantica

Coup d'oeil sur cet article

Jean Tremblay est en maudit. Le maire affirme que Saguenay a perdu le projet de 382 M$ annoncé à Port-Cartier hier par le premier ministre et les autorités de FerroAtlantica parce qu’Investissement Québec a préféré, depuis le début, que l’usine de silicium soit construite à l’extérieur de la région.

«Je suis très déçu. Lorsque j’ai rencontré les promoteurs à Madrid en Espagne en décembre 2012, il n’était pas question pour eux de s’installer dans une autre ville que Saguenay. J’ai senti qu’Investissement Québec qui était très présent dans le dossier ne nous avait pas aidés, et ce, depuis le début», commente le maire Jean Tremblay, en entrevue au Journal de Québec édition Saguenay—Lac-Saint-Jean.

Il ne décoche cependant pas de tir envers le premier ministre qui selon le premier magistrat a démontré une certaine sympathie envers Saguenay.

«J’ai ressenti plus d’objectivité de la part de monsieur Couillard. Mais, avant lui, ce fut tout le contraire. Investissement Québec prétendait même que le coût de l’électricité serait plus intéressant à Shawinigan. On affirmait également que l’approvisionnement en matières premières serait plus cher à Saguenay ce qui est faux».

Une offre de 30 M$ refusée

Le maire Tremblay rappelle que Saguenay avait déposé aux autorités de FerroAtlantica une offre qui totalisait 30 M$.

«On leur offrait un terrain à prix dérisoire, un crédit de taxes sur plusieurs années et nous prenions en charge de nombreux services», ajoute Jean Tremblay.

Dans toute cette saga sur l’implantation d’une usine de silicium au Québec le maire avait même reçu à Saguenay le président de la compagnie à qui on avait fait visiter des terrains.

«Nous avions loué un hélicoptère pour survoler des sites potentiels. C’est choquant qu’Investissement Québec ait orienté ce projet ailleurs», rétorque le maire.

On blâme le maire

Pour sa part, le député Stéphane Bédard contredit le maire sur le travail d’Investissement Québec et ajoute que Saguenay a rarement été le premier choix pour FerroAtlantica.

Paul Grimard, le président de l’Équipe du renouveau démocratique (ERD) explique, quant à lui, que le maire de Saguenay a été malhabile et qu’il a nui au projet en médiatisant les négociations en cours avec la compagnie.

 

Commentaires