/entertainment/music
Navigation
FrancoFolies

Zaz, une chanteuse engagée

Chanteuse Zaz.
Photo Jocelyn Malette / Agence QMI Zaz.

Coup d'oeil sur cet article

La chanteuse Zaz est heureuse de revenir au Québec, là où elle a connu du succès avant même d'en avoir en France.

En conférence de presse, Zaz a avoué que les FrancoFolies étaient comme des vacances pour elle. «C’est du travail, mais du plaisir aussi. Je suis toujours en contact avec les gens, via les réseaux sociaux. On a récemment été en tournée en Amérique latine où ils nous attendaient vraiment, il y avait même du monde à l’aéroport. On va là où le public nous demande.»

Après son spectacle de mardi, Zaz avait prévu aller à la pêche dans le nord de Montréal pendant quelques jours. «On est en train de tourner un Dvd, car je ne voulais pas juste une captation d’un concert. On vit tellement de choses formidables que je voulais garder des images de tout ça. On filme donc des extraits de concert et des images rigolotes un peu partout à travers le monde.»

Quatre ans après la sortie de son premier album et l’immense succès qui a suivi, elle avoue qu’elle n’a pas beaucoup changé. «J’ai vécu une thérapie en accéléré. Avec le succès, tu prends toute la société en pleine figure, ce qui est beau comme ce qui ne l’est pas. C’est très étrange, ton image est totalement décortiquée, et puis il y a le regard des autres. Moi, je n’ai pas changé, mais le regard des gens a changé, il n’y a plus de réelle rencontre possible. Je suis très observatrice et, avant, j’aimais me confronter aux gens, les regarder dans les yeux dans le métro, par exemple. Aujourd’hui, c’est plus difficile. Au Québec, c’est un peu différent. En fait, à l’étranger, c’est plus facile pour moi de sortir, j’ai moins peur d’être reconnue.»

Conscience sociale

La chanteuse de 34 ans se dit très engagée sur le plan social. «Avec mon équipe, on est vigilants sur les endroits où on va se produire. On essaie d’avoir des prix de place les moins chers possible. On fait aussi des compromis pour aller jouer dans des petits festivals. C’est important d’aider des gens qui se battent et qui font de belles choses.»

Même si elle refuse de dire qu’elle fait de la politique, elle est porteuse d’une idéologie humaniste. «Toute petite, j’avais une vision magnifique du monde, et je n’aime pas ce qu’on en fait ou ce que certaines personnes en font aujourd’hui. Je me sers de ma notoriété pour mettre en lumière ceux qui font du bien et tenter d’éveiller les consciences.» D’ailleurs, tous les profits de ses produits dérivés, vendus à la fin de ses concerts, sont reversés au mouvement Colibri, en France, qui aident les communautés, tout en les aidant à se reprendre en main et à devenir autonome.

Enfin, Zaz sortira un album de reprises, en novembre prochain. «Un album dans un style jazz, avec de la chanson française. Je préfère ne pas trop en dire tant que tout n’est pas fait.» Elle a aussi évoqué le fait de vouloir prendre une année sabbatique pour fonder une famille, mais le plus important pour elle étant d’être bien dans tout ce qu’elle fait.
 

Commentaires