/news/health
Navigation
Basse-ville

Une clinique de proximité voit le jour

QMI_qmi_1402190037001
MATTHIEU-MAX GESSLER/L'ÉCHO DE TROIS-RIVIÈRES/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Un projet-pilote unique au Québec de clinique de proximité voit le jour dans la basse-ville de Québec, grâce à la détermination de deux infirmières spécialisées et à l’appui financier de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ).

La clinique, qui a pignon sur rue à la frontière des quartiers Saint-Sauveur et Saint-Roch, s’adresse à une clientèle vulnérable et dépourvue de médecin de famille qui ne sait souvent pas à quelle porte cogner pour recevoir des soins et services de première ligne.

Isabelle Têtu, une infirmière praticienne spécialisée (superinfirmière), et sa collègue, Maureen Guthrie, infirmière, ont mis sur pied il y a deux ans la coopérative de santé SABSA, qui est à l’origine du projet-pilote de la FIQ. «Au départ, la coopérative avait pour but d’offrir des services aux personnes atteintes d’hépatite C et de VIH. Nous avons rapidement constaté que les besoins d’accès aux soins touchaient une partie beaucoup plus large de la population», a déclaré, merrcedi, Mme Têtu.

La clinique vise à offrir des services et des soins courants aux citoyens de la basse-ville, où la pénurie de ressources est criante, a soulevé la présidente de la FIQ, Régine Laurent.

L’idée est de créer des dispensaires urbains avec infirmières dans différentes régions du Québec, a souligné Bernard Roy, chercheur à l’Université Laval, qui prend part à ce projet-pilote.

La contribution de 150 000 $ de la FIQ permettra de rémunérer les infirmières qui travaillaient bénévolement jusqu’ici. La Faculté des sciences infirmières de l’Université Laval et des chercheurs de l’Université de Montréal appuient également le projet-pilote pour le volet recherche, d’une durée d’un an à 18 mois.

L’infirmière praticienne spécialisée est habilitée à prendre en charge des problèmes de santé courants et à prescrire certains examens et traitements. Elle peut notamment s’occuper de contraception et poser un stérilet.

Les usagers sont au besoin référés à un médecin partenaire. La coopérative de santé SABSA est un organisme sans but lucratif. Une contribution volontaire de 10 $ est demandée pour devenir membre.

Commentaires