/sports/hockey/canadiens
Navigation
Big Three

Enfin réunis!

«Je suis un homme chanceux» - Guy Lapointe

Coup d'oeil sur cet article

Pendant neuf saisons, Serge Savard, Guy Lapointe et Larry Robinson ont ont fait la pluie et le beau temps à la ligne bleue du Canadien. Il en aura fallu presque autant pour que tous les trois soient réunis au plafond du Centre Bell.

Au cours d’un point de presse tenu au Temple de la renommée du Canadien, Geoff Molson a confirmé que le numéro 5 de Lapointe ira rejoindre, au cours de la prochaine saison, le 18 de Savard et le 19 de Robinson. Des bannières hissées respectivement les 18 novembre 2006 et 19 novembre 2007.

N’ayant pas encore le calendrier officiel en main, le propriétaire du Canadien n’a pu annoncer la date précise du retrait de ce chandail.

«Idéalement, ce sera tôt dans la saison. À l’automne ou au début de l’hiver», a-t-il tout de même spécifié.

Comme des frères

Accompagné sur le podium par ses deux comparses, Lapointe a paru visiblement ému par l’honneur que lui fait l’équipe avec qui il a disputé 11 saisons complètes.

«Je suis un homme chanceux, né sous une bonne étoile. Je ne pouvais jamais imaginer que mon chandail serait retiré un jour», a-t-il lancé.

Pourtant, il aurait été en droit d’y songer, lui qui fut le seul membre du Big Three à connaître des saisons de plus de 20 buts.

D’ailleurs, il détient toujours les records d’équipe pour le plus de buts par un défenseur recrue (15) et pour le plus de buts pour un défenseur (28).

Cela dit, il assure n’avoir jamais souhaité recevoir pareil honneur. Même les jours où ses deux partenaires l’ont obtenu.

«La raison pour laquelle on connaissait du succès dans les années 1970, c’est qu’on se réjouissait quand nos coéquipiers récoltaient des honneurs ou accomplissaient des faits marquants, a raconté celui qui a récolté 622 points, dont 171 buts, en 894 matchs avec le Canadien, les Blues et les Bruins. Il n’y avait pas de jalousie, on était comme des frères. Je suis encore comme ça. D’ailleurs, j’avais appelé Serge et Larry pour les féliciter.»

Jamais oublié

Dans la foulée des festivités du centenaire, le Canadien a immortalisé 10 de ses anciennes gloires. Une séquence amorcée le 12 novembre 2005 avec le retrait du numéro 12 de Dickie Moore et d’Yvan Cournoyer, et conclue le 4 décembre 2009, soir du centième anniversaire de la concession, par le retrait du 16 d’Elmer Lach et du 3 d’Émile Bouchard.

Ayant acheté le Canadien en juin 2009, Molson n’a été témoin que de la dernière cérémonie.

Lors du point de presse confirmant l’honneur qui sera rendu à l’ancien défenseur, le propriétaire du Canadien a indiqué que «mon premier mandat a été de voir à ce que les chandails de MM. Lach et Bouchard soient retirés, mais je n’avais pas oublié Guy Lapointe.»

Le moment opportun

Pourquoi avoir mis cinq ans pour permettre à Lapointe de rejoindre ses compagnons Robinson et Savard et pourquoi le moment est-il maintenant choisi?

«Après le centenaire, c’était le temps de prendre une pause. Je voulais mettre l’accent sur les succès de l’équipe. Je voulais qu’on se concentre à mettre en place une équipe gagnante. Cinq ans plus tard, on a convenu qu’on pouvait rouvrir les dossiers. On a pris cette décision et on en est très fier.»

Un honneur pleinement mérité, en effet.

 

Commentaires