/news/currentevents
Navigation
L’avocate du journal

La vraie question à se poser

Coup d'oeil sur cet article

Pour le jury, même si le comportement de l'accusée semble sympathique à première vue, en immobilisant sa voiture dans la voie de gauche, il en a résulté un risque pour la sécurité d’autrui. Ceci constitue en droit de la négligence criminelle, et ce, même si la conductrice n’avait pas l’intention criminelle de causer la mort des deux victimes.

Pour le jury, même si le comportement de l'accusée semble sympathique à première vue, en immobilisant sa voiture dans la voie de gauche, il en a résulté un risque pour la sécurité d’autrui. Ceci constitue en droit de la négligence criminelle, et ce, même si la conductrice n’avait pas l’intention criminelle de causer la mort des deux victimes.

La question à se poser est la suivante: qu'aurait fait une personne raisonnable placée dans la même situation?

Cette question a sûrement fait l’objet de débats chez les membres du jury.

Il semble que pour ces douze personnes, l'accusée aurait dû écraser les canards et poursuivre son chemin.

La cause est loin d'être terminée puisque l’honorable juge Perreault devra maintenant punir la jeune femme. Même si l'emprisonnement avec sursis n'est plus une option lorsqu’il y a mort d’homme ou des sévices graves à la personne, son avocat pourra demander une condamnation avec sursis, une amende ou de la prison qu'elle pourra purger les fins de semaine.

Le Code criminel ne prévoit pas de peine minimale lorsqu’on cause la mort par négligence criminelle, sauf s’il y a une arme à feu.

Hélas, peu importe la sentence, le mal est fait pour les deux parties.

 

Commentaires