/news/society
Navigation
Ottawa

Un destroyer canadien hors service en raison de la rouille

Un destroyer canadien hors service en raison de la rouille

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA — La Marine royale canadienne a maintenant deux destroyers en moins, cette fois parce que «HMCS Iroquois» est tellement rouillé qu’il ne sera peut-être pas possible de le réparer.

Il ne reste maintenant plus qu’un destroyer qui peut partir en mission, à la suite de la collision entre le «NCSM Algonquin» et un autre navire qui est survenue en février lors d’un exercice d’entraînement dans l’océan Pacifique.

Des fissures structurales ont été trouvées sur le «NCSM Iroquois» au cours de la dernière année mais ce sont plusieurs marques de rouille sur la coque du destroyer vieux de 42 ans qui ont amené les ingénieurs responsables de la maintenance à conclure que le navire n’était pas sécuritaire pour prendre la mer.

Le lieutenant Kelly Boyden a déclaré que le personnel de la Marine continuait d’examiner les dommages pour déterminer si le navire pouvait être réparé, ou tout simplement retiré de la circulation.

«Jusqu’à ce qu’une décision soit prise quant à la meilleure option de réparation, le «NCSM Iroquois» restera au port d’Halifax en soutien à l’entraînement», a fait savoir le ministère de la Défense dans un courriel.

Le ministère a indiqué que la flotte traverse «la période la plus intensive et complète de modernisation et de renouvellement en période de paix».

La modernisation des 12 destroyers Halifax coûtera 4 milliards $. Les navires se verront doter de nouveaux systèmes de contrôle et auront droit à une mise à niveau de leurs capacités en ce qui concerne le radar et les missiles.

La Marine royale canadienne a 17 navires classés comme «utilisables» et 11 autres qui sont en maintenance ou en réparation.

Commentaires