/news/society
Navigation
Déportation

Déportation d'une famille rom : la mère lance un cri du coeur

RE_2014_04_03T194345Z_1849204077_GM1EA440AAN01_RTRMADP_3_CANADA
Photo Archives / Reuters Le ministre fédéral de l'Immigration, Chris Alexander.

Coup d'oeil sur cet article

Une famille rom hongroise vivant à Montréal est dévastée à l'idée d'être déportée jeudi et demande au ministre fédéral de l'Immigration, Chris Alexander, d'intercéder en sa faveur.

Dans un communiqué publié lundi, Renata et Tibor Buzas, parents de trois enfants (Tibor, 13 ans, Mercedesz, 11 ans et Lili, 9 ans) expliquent qu'ils ont dû quitter la Hongrie en 2011 en raison de la violence et de la discrimination qui sévit contre les Roms dans ce pays.

«Chaque jour, mes enfants souffraient d'abus psychologiques et physiques à l'école due à leurs origines roms. Aucune mère ne peut tolérer ça. Ici au Canada, ils n'ont pas à avoir peur, ils peuvent être qui ils sont, ils peuvent grandir et se développer», a expliqué Renata Buzas.

La famille a dû partir de la Hongrie après une attaque raciste perpétrée contre la mère et le fils, peut-on lire dans le communiqué. «C'était la goutte de trop. Nous voulions seulement arrêter de nous battre. Mais ici au Canada, durant notre processus migratoire, nous avons dû continuer à nous battre, a ajouté Mme Buzas. Je crains pour mes enfants en Hongrie. Ils sont trop jeunes pour avoir à vivre cela, trop jeunes pour se battre. Je vous supplie du fond du cœur d'aider mes enfants!»

La famille Buzas ne comprend pas comment le Canada peut considérer la Hongrie comme un «pays sûr» pour les Roms alors qu'une vaste documentation démontre le contraire. De plus, deux des enfants Buzas qui éprouvent des difficultés au niveau du langage ont fait d'énormes progrès depuis qu'ils sont à Montréal et les parents se désolent d'avoir à retourner dans un milieu où il n'y a pas de ressources pour les enfants roms.

Commentaires