/sports/soccer
Navigation
Soccer

L’équipe française crée le délire

QMI_QMI_1406301735002
Photo Simon Dessureault / Agence QMI Les partisans de la France étaient en délire, lundi.

Coup d'oeil sur cet article

L’ambiance était survoltée au bar L’Barouf de la rue Saint-Denis pour le match France-Nigeria, lundi après-midi, au moment où l’endroit débordait et que plusieurs regardaient la partie sur le trottoir.

D’ailleurs, ils étaient plusieurs dizaines à s’entasser devant le bar, car il était possible de voir les téléviseurs de l’extérieur.

«La logique voulaient que les Français gagnent», a affirmé Dominique Kubena, un français d’origine présents avec des hommes qui sont partis de Saint-Jacques-de-Montcalm dans Lanaudière pour venir assister à la rencontre au L’Barouf.

«C’est la meilleure place pour venir voir du soccer de la Coupe du monde. L’ambiance est débile ici», a ajouté Jean-François Brisson, son voisin.

«J’ai juste manqué le premier match de la France ici, étant donné que c’était la fête des Pères. La France va gagner la Coupe du monde!», a dit avec certitude Anouk Gagnon-Mayer, née d’un père français et d’une mère québécoise.

«C’est une belle occasion de fraterniser avec des gens qu’on ne connaît même pas», a mentionné Alain Robidoux, qui était venu avec son fils.

Ce dernier est toutefois un fervent partisan de l’Argentine et de son joueur vedette Lionel Messi.

«Je pense qu’on va avoir une demi-finale France-Argentine», croit Marc-André Robidoux, qui portait fièrement son chandail de l’Argentine.

Même ceux qui ne sont pas encore nés pouvaient vivre la frénésie de la Coupe du monde à Montréal.

«Ça va stimuler mon bébé, j’ai juste à ne pas boire d’alcool!, a expliqué Élodie Bordeux, enceinte depuis plusieurs mois.

Commentaires
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.