/entertainment/movies
Navigation
Gérontophilie

Quand les rôles sont échangés

Gérontophilie
photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Bien drôle d’ovni cinématographique que nous offre le réalisateur, auteur et photographe canadien Bruce LaBruce (né Justin Stewart).

Bien drôle d’ovni cinématographique que nous offre le réalisateur, auteur et photographe canadien Bruce LaBruce (né Justin Stewart).

Après avoir participé à un fanzine punk et à moult films portant sur l’homosexualité, la pornographie ou la prostitution, le voilà qui s’attaque à un énième tabou: la gérontophilie, soit l’attrait physique d’une personne envers une autre beaucoup plus âgée.

En ce cas spécifique, on parle d’attirance entre deux hommes, un fétichisme que le réalisateur a cherché à comprendre. Des gérontophiles, il en a connu un lot – plusieurs jeunes gais «débutent» ainsi leur vie sexuelle, nous a-t-il dit – et a reçu des remerciements de nombres d’entre eux, heureux qu’il ait porté cette réalité à l’écran. On a remercié le réalisateur pour ce film empreint d’espoir, «car c’est présenté sans jugement, d’une manière très idéalisée», a-t-il indiqué.

Le rôle de l’aîné en question revient à l’acteur et poète canadien Walter Borden, ouvertement gai. À ses côtés, un choix audacieux: Pier-Gabriel Lajoie qui, hormis un rôle dans le téléroman 30 vies, n’avait aucune expérience comme acteur. Le jeune homme n’a que de bons mots pour décrire l’expérience de tournage. Il avait en main un type de rôle que peu de gens peuvent se targuer d’avoir joué. «Ça m’a sorti de ma zone de confort, ça m’a permis de pousser mon jeu à cet extrême-là», a-t-il confié.

Il faisait déjà partie du projet lorsque Marie-Hélène Thibault (Catherine, Chroniques d’une mère indigne) s’est présentée en audition pour le rôle de la mère, rôle qu’elle croyait avoir échappé.

«Sur le coup j’étais sûre que ça n’avait pas marché. Je trouvais Bruce mystérieux, impressionnant dans le coin d’une salle d’audition […] J’avais fait un peu de recherche entre deux auditions, et ça m’a fait peur un petit peu.»

Artiste «formidable»

Il faut dire que sur papier, l’homme ne laisse pas indifférent avec sa longue feuille de route sortant des sentiers battus. Si LaBruce ne correspondait pas à l’image qu’ils s’en faisaient, les deux acteurs ont tout de suite été charmés par le réalisateur. Lajoie s’attendait à rencontrer un individu plus extraverti, «mais c’est quelqu’un de plus renfermé, plus calme. Il parle, mais jamais pour ne rien dire».

Marie-Hélène Thibault ne tarit pas d’éloges. Sans ce film, elle n’aurait pas rencontré cet artiste qu’elle juge «formidable». «La raison pour laquelle je fais mon métier prend tout son sens dans ces rencontres-là qui sont complètement inattendues et inhabituelles. C’est quelque chose de marquant.»

Appelée à décrire le film, elle cherche ses mots, avec raison. Présenté comme une comédie romantique, le long-métrage se décrit difficilement en peu de mots. «Ça prend un autre qualificatif… Déjantée, inhabituelle… Je n’aurais pas dit comédie romantique. C’est Kids in the Hall contre Harold et Maude

LaBruce a voulu montrer une réalité que plusieurs se refusent de voir: la sexualité des aînés. Qu’elle soit homosexuelle ou non, on ne la voit jamais à l’écran, sauf pour s’en moquer. Il n’a pas hésité à filmer ses interprètes nus et de près, sans jamais tomber dans la frivolité ou le voyeurisme. «Ce n’est pas de cette façon qu’on présente habituellement la sexualité des gens plus âgés. Ce sont [habituellement] ou bien des prédateurs, ou bien des individus grotesques dont on se moque», a expliqué le réalisateur.

Dans la première version du script, la comédie était plus présente. Ne voulant pas tomber dans la mièvrerie ou dans l’humour facile, le réalisateur a décidé d’y aller avec parcimonie. «J’ai donc fait du vieil homme un individu un peu susceptible. C’est la Lolita inversée. Il agit comme une jeune personne séduisante alors que le jeune est plus sérieux et jaloux.»

 
Commentaires
Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions