/finance/business
Navigation
Bières

Boréale veut exporter sa cannette

JDM_BEN_8156
Photo Ben Pelosse/ Agence QMI Les Brasseurs du Nord, 875, sur le boulevard Michèle-Bohec Blainville

Coup d'oeil sur cet article

Brasseurs du Nord veut commercialiser sa bière en cannette à l’extérieur du Québec, en raison du succès remporté par le contenant lancé il y a à peine deux mois dans la province.

La micro-brasserie québécoise évalue différents marchés tels que l’Ontario, les Prairies, l’Ouest canadien ainsi que l’Est et l’Ouest des États-Unis.

Jusqu’à maintenant, les bières Boréale n’ont jamais été vendues en dehors du Québec. Le projet est sur la planche à dessin depuis que le Fonds de solidarité FTQ a acquis une participation majoritaire dans l’entreprise de Blainville, en juin 2013.

«La canette peut nous permettre de percer plus facilement hors Québec. Elle est en croissance alors que la bouteille est en déclin. En plus, elle est plus simple à distribuer que la bouteille», a déclaré Éric Villeneuve, vice-président ventes et marketing de Brasseurs du Nord.

Les ventes de bières Boréale en canette se portent plutôt bien sur le marché québécois. Huit semaines après sa venue sur les tablettes des marchands, la canette représente déjà 20 % des revenus de Brasseurs du Nord et 10 % du volume de bière produit.

La brasserie ne croit pas que les ventes de canettes vont s’écrouler à la fin de la saison estivale. «On prévoit seulement une légère diminution. Nous allons offrir la canette toute l’année et on va même ajouter des saveurs», a dit M. Villeneuve. Pour le moment, seules les Boréale Rousse, Blonde, IPA et Lager sont offertes en canettes.

Des données de l’Association Bières Canada montrent que les ventes de bières en canettes sont en croissance alors que celles de bières en bouteilles sont en déclin. En 2012, les parts de marché de la canette ont grimpé à 45 % du total des ventes de bière alors que celles des bouteilles ont glissé à 46 %.

La canette est appréciée des consommateurs car ils peuvent l’utiliser dans leurs activités en plein air. Brasseurs du Nord a aussi constaté que les amateurs de bières recherchées ont moins de préjugés qu’autrefois envers la canette.

Le brasseur n’exclut pas pour autant l’option d’exporter sa bouteille brune traditionnelle. «En fin de compte, c’est le consommateur qui va décider», a précisé M. Villeneuve. Selon le plan d’affaires de Brasseurs du Nord, les produits Boréale vont se retrouver à l’extérieur du Québec, dans 18 mois minimum et dans trois ans tout au plus.

La micro-brasserie n’a pas l’intention de construire une usine à l’extérieur du Québec pour se rapprocher des marchés convoités. La bière sera brassée aux installations de Blainville avant d’être exportée chez des distributeurs.

La brasserie brasse 100 000 hectolitres de bière, annuellement. Par contre, il est possible que l’usine soit agrandie pour ajouter de la capacité de production.

La Boréale veut aussi conquérir les clients des bars à l’occasion de son expansion. «Être dans les bars est excellent pour percer un nouveau marché parce que ça apporte de la notoriété», a dit Éric Villeneuve.

Les bières Boréale occupent actuellement 1,7 % des parts de marché de la vente de bière au Québec. Les ventes du brasseur augmentent de 13 % par année, celles de l’ensemble des micro-brasseurs de 10 à 12 % en moyenne, alors que les parts de marché des géants glissent de 3 % à 5 %, chaque année.

Pour le moment, les Molson et autres Labatt contrôlent toujours environ 90 % du marché. Globalement, les ventes de bières perdent toutefois du terrain face au vin, plus prisé qu’autrefois.

Commentaires