/news/health
Navigation
Douleur chronique

Découverte prometteuse

Yves De Koninck, directeur scientifique à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec.
Photo courtoisie Marc Robitaille Yves De Koninck, directeur scientifique à l’Institut universitaire en santé mentale de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Deux chercheurs de l'Université Laval, Yves De Koninck et Robert Bonin, ont découvert une méthode permettant d'effacer la douleur qui pourrait conduire à des traitements plus efficaces pour contrer la douleur chronique.

Les chercheurs se sont inspirés de travaux sur la mémoire menés il y a une quinzaine d'année afin de déterminer qu'il est possible d'atténuer la sensibilité à la douleur en réveillant celle-ci, puis en l'effaçant complètement au moyen d'une médication spécifique.

«Notre approche sort des sentiers battus. Elle ouvre la porte à des perspectives assez nouvelles, pas juste pour soulager la douleur chronique, mais pour l'arrêter», explique Yves De Koninck, qui est professeur au département de psychiatrie et de neurosciences à l'Université Laval et directeur scientifique de l'Institut universitaire en santé mentale de Québec.

Les chercheurs ont injecté de la capsaïcine, la molécule du piment fort qui provoque la sensation de brûlure, dans la patte de souris de laboratoire. L'intervention, qui ne cause aucun dommage physique, a enclenché un mécanisme d'hypersensibilité à la douleur.

Trois heures plus tard, les chercheurs ont administré une deuxième dose de capsaïcine aux souris, ainsi qu'un produit qui inhibe la synthèse des protéines dans la moelle épinière. L'hypersensibilité s'est alors rapidement estompée.

«Si je vous marche sur le pied, le signal part du pied et arrive au cerveau qui perçoit la douleur. Chez certaines personnes le signal de la douleur est amplifié. Il faut faire un «reset» et ramener le signal à sa position normale», expose le professeur De Koninck.

Il faudra attendre quelques années avant que les travaux des deux chercheurs ne se traduisent par un médicament. «Il y a du chemin à faire, mais notre avenue est très intéressante. La douleur chronique touche tellement de monde. Elle est traitée de façon insuffisante actuellement avec l'arsenal disponible», souligne le chercheur.

Les tests réalisés sur la douleur inflammatoire se sont révélés encourageants. Les questions demeurent en ce qui a trait à d'autres types de douleur, au dos par exemple ou celle associée au cancer ou à la fibromyalgie.

Commentaires