/entertainment/movies
Navigation
Les vacances du Petit Nicolas

Pas de vacances

Les vacances du Petit Nicolas
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

PARIS | Alors que les écoliers sont partis en vacances d’été, l’équipe des Vacances du Petit Nicolas s’affaire autour de la promotion du second film de Laurent Tirard consacré au petit héros imaginé par René Goscinny et Jean-Jacques Sempé.

PARIS | Alors que les écoliers sont partis en vacances d’été, l’équipe des Vacances du Petit Nicolas s’affaire autour de la promotion du second film de Laurent Tirard consacré au petit héros imaginé par René Goscinny et Jean-Jacques Sempé.

Faute d’océan et de bord de plage dans la capitale française, Laurent Tirard ( Molière, Astérix et Obélix: au service de Sa Majesté) nous a donné rendez-vous dans la légendaire piscine Molitor pour nous parler de sa nouvelle adaptation des aventures du célèbre Petit Nicolas.

Cinq ans après le succès du Petit Nicolas et ses 5,5 millions de spectateurs en France, le réalisateur a abordé ce deuxième volet­­ avec une certaine sérénité. «Au début­­, nous ne savions pas si c’était une bonne idée d’adapter Le petit Nicolas, a-t-il déclaré. Beaucoup me disaient que j’étais fou, que c’était impossible, mais les gens ont aimé, donc finalement nous ne nous sommes pas trop plantés.»

Exit les bancs ternes de l’école et les surveillants rabat-joie, cette fois-ci, le petit Nicolas (Mathéo Boisselier) a terminé l’année scolaire­­ et prend la route en direction de la mer pour s’installer à l’hôtel Beau-Rivage avec ses parents (Valérie Lemercier, Kad Merad) et Mémé (Dominique Lavanant). La plage va vite devenir le théâtre des quiproquos et des rencontres amoureuses.

«Nous ne pouvions pas faire un deuxième volet juste pour la forme, a expliqué Laurent Tirard. Il fallait une proposition, quelque chose de nouveau, le fait de réaliser Les vacances du petit Nicolas permettait de changer d’univers, nous n’étions plus en ville, les décors étaient différents, le ton aussi.»

Des airs de vacances

Effectué sur une période de 14 semaines entre le mois de juin et le mois d’octobre, le tournage n’a pas été de tout repos pour le réalisateur, qui devait gérer une jeune distribution dans un contexte plage/vacances.

«C’est plus compliqué de leur faire comprendre qu’ils sont là pour travailler, même aux adultes, c’est compliqué, tout le monde est tenté d’aller se baigner entre deux plans, a commenté Laurent Tirard, père de deux enfants, avec un sourire aux lèvres. Cela fait aussi partie des choses que j’ai apprises dans le premier, mais il faut s’obliger à paraître toujours très autoritaire avec les enfants, comme des instituteurs ou des parents, alors que l’on n’aurait qu’une envie: s’amuser avec eux.»

Toute l’équipe de tournage a investi Noirmoutier, une île française de l’Atlantique dont les plages offrent un décor naturel idéal pour des vacances.

«Nous voulions tourner sur la côte atlantique, car culturellement, en France, la Côte d’Azur est synonyme de “vacances chics” pour les gens aisés, mais les familles comme celles du Petit Nicolas vont en Bretagne ou sur la côte atlantique», a-t-il dit.

Double lecture

Même si les romans de Goscinny et Sempé sont consacrés aux enfants, Les vacances du Petit Nicolas fait la part belle aux adultes, mettant encore plus la lumière sur le couple Valérie Lemercier, Kad Merad qui va vivre des aventures similaires à celles de leur fiston. «Cela avait déjà bien fonctionné dans le premier, nous avions constaté que la formule plaisait aux adultes qui amenaient les enfants voir le film.»

Même constat pour l’intrigue romantique qui devient centrale, autant pour les adultes que pour les enfants. «Nous avions regretté de ne pas avoir davantage­­ développé la relation amoureuse dans le premier film, a expliqué Laurent Tirard. C’était différent avec celui-ci, car les vacances riment avec les amours de vacances, donc nous pouvions traiter le thème.»

Grand amateur de bandes dessinées et du travail de Goscinny et Sempé, Laurent Tirard s’est montré intéressé par la réalisation d’un nouveau volet, mais pas dans l’immédiat.

«Nous en parlons déjà, mais j’ai enchaîné trois adaptations et j’ai envie de faire mes propres projets. Mon prochain film sera personnel», a-t-il confié.

 

Commentaires