/sports/hockey
Navigation
Nordiques

Les anciens Nordiques gardent la foi

Ils espèrent que l’amphithéâtre ouvrira avec un nouveau club

Quebec
Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE Qui de mieux que Badaboum pour susciter les éclats de rire lors de retrouvailles entre Michel Goulet et Marc Tardif?

Coup d'oeil sur cet article

Dans un an et des poussières, le nouvel amphithéâtre multifonctionnel de Québec ouvrira ses portes. Avec ou sans club de la LNH? Les anciens Nordiques continuent d’allumer leurs lampions.

«C’est une grosse question», a soupiré Michel Goulet, avant de s’élancer sur les verts du Golf de Lorette, à l’occasion du tournoi annuel des anciens Nordiques.

«On ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve. Je pensais réellement que ça allait arriver plus vite que ça. Quand on a fait le grand rallye [Marche bleue, 2 octobre 2010], je voyais ça arriver dans trois à cinq ans, mais on réalise que ce n’est pas facile. Le fait qu’on aura un amphithéâtre, c’est ce qui est important. Ça nous donne de meilleures chances de ravoir un club», a-t-il ajouté.

La patience est de mise

Si l’ancien numéro 16 a patiné dans sa réponse, le président de l’Association des anciens Nordiques, Dave Pichette, est quant à lui allé droit au but.

«Ça va être difficile d’avoir les Nordiques à l’ouverture, sincèrement. La ligue est dans un bon état financier, à part certains clubs. Gary Bettman est dur à saisir parce qu’il ne donne aucun signal.

«On sait qu’il travaille très fort pour avoir Seattle. S’il y a une expansion à deux clubs, j’ose espérer que le deuxième serait attribué à Québec. Québecor a un point d’entrée intéressant avec son entente sur la diffusion des matchs», a-t-il plaidé.

L’ancien défenseur était de ceux qui auraient juré que les Coyotes passeraient directement du désert aux rudes hivers québécois, mais il a dû se raviser malgré lui. «Je pensais vraiment que les Coyotes s’en venaient, mais il faut être patient. Il ne faut pas que les espoirs soient trop élevés juste parce que le Colisée sera prêt l’an prochain. La ligue sait qu’on veut un club et que l’aréna sera prêt, mais il faut attendre que la ligue soit prête. On devra peut-être patienter encore quelques années», croit-il.

Tardif espère

Pour sa part, Marc Tardif se dit toujours convaincu du retour des Nordiques. Pour quand? Mystère…

«C’est une question de temps, peut-être même pour l’ouverture, même si on n’est pas dans le secret de la Ville et des investisseurs. Avec un nouvel amphithéâtre, la ligue va penser de plus en plus à Québec. Quoique c’est peut-être précipité un peu. Je pense que vers 2016 ou 2017, on va avoir une équipe.»

Commentaires