/entertainment/comedy
Navigation
Festival Juste pour rire

Une année de découvertes

La 32e édition du festival Juste pour rire commence ce week-end.

Gilbert Rozon
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Cette année, ce sont plus de 140 spectacles qui sont présentés dans le cadre de Juste pour rire. Outre les gros noms et les classiques galas qui reviennent chaque année, le festival présente surtout une panoplie de découvertes. Cette 32e édition, c’est l’occasion de sortir des sentiers battus.

Cette année, ce sont plus de 140 spectacles qui sont présentés dans le cadre de Juste pour rire. Outre les gros noms et les classiques galas qui reviennent chaque année, le festival présente surtout une panoplie de découvertes. Cette 32e édition, c’est l’occasion de sortir des sentiers battus.

Plus précisément, ce sont 143 spectacles avec plus de 800 artistes qui seront présentés lors de cette édition. Comme toujours, les Québécois sont à l’honneur, mais le festival, qui continue de grandir, d’année en année, attire de plus en plus d’artistes de partout dans le monde.

Difficile pour le président fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, de ne parler que d’un ou deux spectacles, mais il avoue avoir eu un coup de cœur pour le Français Fabrice Éboué, qui présente son spectacle au Monument-National durant tout le festival, dans la série Les trouvailles à Victor. «Les gens vont être en état de choc quand ils vont voir ça. C’est un humoriste de très haut niveau, dit-il. On doit avoir 70 billets de vendus sur 4000, mais je m’en fous, ça va être complet à la fin parce que les gens vont découvrir un géant.»

Gilbert Rozon souligne également la présentation de Cyrano de Bergerac, au Théâtre du Nouveau Monde, mentionnant qu’il s’agit du premier coup de cœur théâtral de sa jeunesse.

Des améliorations

Du côté des améliorations, les camions de bouffe de rue seront de retour, mais ont été déménagés sur la place des Festivals.

Les passeports, qui ont été très populaires l’an dernier, ont été revus. «Les gens avaient trouvé les défauts dans notre système informatique pour tricher de façon abusive. Cette année, on a corrigé toutes les erreurs qu’il y avait. On en a plus de vendus que l’année dernière et j’espère effectivement qu’on est plus en contrôle», dit-il. Environ 15 000 passeports ont déjà été vendus par rapport à 13 000 l’an dernier.

Pas de carnaval

L’un des changements les plus notables à la programmation de cette année est l’absence du traditionnel carnaval. L’événement, qui ouvre habituellement le festival et qui était organisé par Danielle Roy, la femme de Gilbert Rozon, fait relâche cette année. «Ma femme m’a appris, lors d’un rendez-vous professionnel, qu’elle voulait consacrer une année de pause à repenser son modèle pour le carnaval. Elle veut le refaire l’an prochain, mais que ce soit complètement autonome par rapport à Juste pour rire, ce que je respecte», explique-t-il.

Ambitieux

Depuis plusieurs années, Gilbert Rozon répète à qui veut l’entendre qu’il veut s’inspirer du modèle Édimbourg et faire de Montréal, au mois de juillet, une ville de festivals qui attire le showbiz mondial. Qu’attend-il pour aller de l’avant avec ce projet? Des partenaires. «Édimbourg, ça s’est bâti en 60 ans. Je cherche d’autres jeunes promoteurs qui vont vouloir démarrer un festival en même temps que le mien. Zoofest en est un exemple. J’encourage d’autres jeunes à démarrer. Mais on ne peut pas démarrer tout ça d’un coup sec. Il faut atteindre un point de démesure pour être incontournable. Mais cette démesure, on ne peut pas la commander, elle va venir de l’addition de plein d’autres événements. Je ne veux pas les contrôler, je veux qu’on soit incontournable. Plus il y a d’offres, plus on a de chances d’attirer des touristes internationaux.»

L’homme d’affaires estime qu’il y a encore cinq à dix ans de travail à Montréal pour en arriver à ce stade.


Coups de cœur de Gilbert Rozon

  • Fabrice Éboué, jusqu’au 23 juillet au Monument-National.
  • Cyrano de Bergerac, jusqu’au 16 août au Théâtre du Nouveau Monde.

Les améliorations

  • La bouffe de rue: les camions, qui étaient sur les rues Maisonneuve, Balmoral, Bleury et Mayor l’an dernier, ont été déménagés sur la place des Festivals.
  • Les passeports: les défauts informatiques qui ont permis à certains détenteurs d’abuser de leur passeport, ce qui a, par conséquent, empêché d’autres d’en profiter, ont été corrigés.

 

À voir ce soir
Gala Laurent Paquin - Les épais
18 h 30 et 21 h 30 à la salle Wilfrid-Pelletier
Incredible Drum Show
19 h à la Cinquième salle de la Place des Arts
Le Cabaret des maudits Français
19 h au studio Hydro-Québec du Monument-National
«Malgré mon invitation je pense que Denis Coderre n’osera pas m’affronter à Just Dance! #Mondialdesjeux»
– Gilbert Rozon (@GilRozon)
Commentaires