/opinion/blogs
Navigation

Nos auteurs

Nicolas LachanceSteve TremblayStéphane MartineauSteeve MonnièrePierre-Olivier CorbinGabriel Talbot-LachanceFrançois JeanÉtienne RichardDidier OuelletAntoine Corbin

Mon plaisir coupable

Coup d'oeil sur cet article

Alors que l'un des plus gros événements sportifs au monde prenait fin par une victoire allemande dimanche dernier, je me trouvais derrière mon écran d'ordinateur et j'écoutais l'un des plus gros événements vidéoludiques au monde. Effectivement, plutôt que de faire comme la majorité de la planète et regarder la finale de la coupe du monde de soccer, je regardais les finales des différentes catégories de la compétition de jeux vidéo EVO 2014.

Lorsque j'ai commencé à m'intéresser de manière plus sérieuse aux jeux vidéo, je m'étais promis de ne jamais regarder des "compétitions" de jeux vidéo. Je trouvais que c'était complètement inutile. Les jeux vidéo sont faits pour être joués, pas regardés! Cependant, un soir, je suis tombé sur une compétition de Super Smash Bros. et je n'ai pas pu décoller les yeux de mon écran. Pourquoi? Pour la même raison qui a poussé des fanatiques à regarder pratiquement tous les matches de la coupe du monde, pour la même raison que toutes les semaines des gens se réunissent dans un salon ou un sous-sol pour manger de la malbouffe et écouter le hockey, pour la même raison que même le plus nationaliste des Québécois ne peut s'empêcher d'être content lorsqu'un athlète Canadien gagne une médaille d'or aux olympiques, nous sommes naturellement attirés par la compétition. Même si nous ne participons pas à ce que nous regardons, notre corps réagit à ce qu'il se passe à l'écran (je n'entrerai pas dans les détails, mais si vous voulez de plus amples informations sur le sujet regardez cette vidéo). Ce qui se passe à l'écran peut donc être du hockey, de la course, des échecs, du bridge, ou même des jeux vidéo, le résultat sera le même.

Il faut arrêter de voir tous les jeux vidéo comme des jouets pour enfants, de vulgaires divertissements, ou de simples passe-temps. Certains jeux ne représentent effectivement qu'une manière de tuer le temps, alors que d'autres sont conçus pour être utilisés dans des tournois d'envergure internationale. Les créateurs de ces derniers produisent des jeux extrêmement complexes qui comportent une foule de détails que le joueur moyen ne percevra probablement jamais. Cependant, les experts, les joueurs professionnels et les enthousiastes qui connaissent le jeu par cœur sont capables d'exploiter ces petits détails pour vaincre leur opposant. Jouer à certains jeux au niveau international est extrêmement difficile. Les joueurs doivent s'entraîner énormément pour repousser leurs limites. Ces joueurs doivent tous avoir une concentration et des réflexes incroyables pour atteindre le niveau auquel ils sont.

Donc, regarder une compétition de jeux vidéo repose sur le même principe que regarder une compétition sportive. La grande différence entre les deux: je ne joue pas au football(américain) et que je n'ai jamais fait de bobsleigh (malheureusement), mais j'ai déjà joué aux jeux vidéo présentés lors d'EVO 2014. Ainsi, j'ai un plus fort attachement face à ces jeux que face à plusieurs sports que je n'ai pas l'occasion de pratiquer. Je comprends le fonctionnement de ces jeux et je suis capable de voir à quel point les images qui défilent devant mes yeux sont impressionnantes. De cette manière je suis en mesure d'apprécier les grandes performances de mes joueurs professionnels préférés.

En terminant, notons que cette fascination pour la compétition entre joueurs experts culmine aujourd'hui avec le Compendium 2014 de DOTA 2. Ce jeu finement balancé propose d'ailleurs une formule unique pour son tournoi international: la nombreuse communauté de joueurs est invitée à débourser un petit montant pour débloquer des contenus exclusifs dans le cadre du tournoi. La cerise? Une partie de ce montant est injectée dans une cagnotte remise aux joueurs les plus talentueux.

Au moment d'écrire ces lignes, cette cagnotte a atteint la somme colossale de 10,832,516$. C'est donc dire que de nombreux joueurs suivent de près le spectacle d'une bonne compétition!

2 commentaire(s)

Akarius dit :
18 juillet 2014 à 10 h 08 min

Moi aussi, je m'étais dit que je n'écouterais jamais ce genre de compétition...mais dernièrement, je me suis mis à regarder des compétition d'experts d'Age of Empires II (oui, oui, ça existe encore...). L'équipe du Canada s'est même rendu aux quarts de finale à la SY Nations Cup. Les matchs sont très interessants et en plus, on y apprend beaucoup.

Le poux qui game! dit :
20 juillet 2014 à 4 h 00 min

Le vidéo le plus ''culte'' de Street Fighter !!

https://www.youtube.com/watch?v=KS7hkwbKmBM

Ayant moi-même compétitionné à third strike ce vidéo me fait dresser les poils sur le corps ! Beaucoup ne comprend pas cette passion. Pas simplement pour la compétition, mais les jeux vidéos en général.

On peut facilement apprécier davantage la qualité de ces joueurs. Le problème évidemment c'est que de pouvoir vivre de sa passion. Sa demande d'être dans les meilleurs et d'avoir un bon sponsor pour pouvoir voyager.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.