/news/currentevents
Navigation
Agressions sexuelles

Benoît Boutin reste derrière les barreaux

Il refuse d'admettre ses torts

pedophile,palis
Les archives

Coup d'oeil sur cet article

Refusant toujours d’admettre qu’il a agressé sexuellement sa nièce il y a quarante ans, Benoît Boutin, 79 ans, devra rester derrière les barreaux.

Visiblement, Boutin n’a pas utilisé la dernière année passée au pénitencier pour réfléchir aux agressions qu’il a commises il y a quarante ans. «Non seulement vous avez commis des actes impardonnables sur un enfant et que vos gestes auront des répercussions sur son développement pour le reste de ses jours, mais vous n’avez même pas la décence d’admettre vos actes», peut-on lire dans la décision de la Commission des libérations conditionnelles.

«Si vous admettiez ces gestes dégradants, non seulement vous permettriez à la victime de se déculpabiliser, mais vous entreprendriez ainsi un cheminement qui pourrait, éventuellement, vous mener à apporter des changements significatifs dans votre vie», poursuivent les commissaires.

Pénitencier

C’est en mai 2013 que Boutin avait été condamné à une peine de 40 mois de pénitencier après avoir été reconnu coupable d’avoir agressé sexuellement à de multiples occasions sa nièce. Celle-ci n’était âgée que de cinq ans au moment du début des agressions. Quarante ans plus tard, atteinte d’un cancer, elle avait choisi de dénoncer son oncle et de faire lever l’interdit de non-publication sur son identité afin de passer un message. «J’étais une enfant et on n’a pas le droit de faire ça à une enfant», avait-elle lancé en sortant de la salle du palais de justice.

Mauvais encadrement

Selon la Commission, l’entourage de Boutin ne lui aurait pas été d’une grande aide s’il avait été libéré, ses proches refusant eux aussi de croire à sa culpabilité.

«Leur position pourrait avoir un effet pervers de contamination en vous cantonnant davantage dans un discours de négateur», écrivent les commissaires.

Selon eux, tant que Boutin ne fera pas de progrès et n’évoluera pas dans son cheminement, il présentera un risque inacceptable pour la société.

Commentaires